AccueilArts

On a testé l’IA censée nous rendre hyper beaux (ça tourne mal)

Publié le

par Konbini

On pense que notre beauté a tout simplement cassé la machine.

On a testé l’IA censée nous rendre hyper beaux (ça tourne mal)

© Konbini

Cette semaine, on est tombées sur un article du site Futurism, qui nous vantait les mérites de STRMR, une intelligence artificielle capable de rendre BG quiconque l’essaierait. En atteste cet essai :

Chargement du twitt...

Après avoir créé un compte, nous découvrons, avec surprise et après une trentaine d’années d’existence, que rien n’est gratuit dans ce fucking monde. Et comme on aime bien se faire arnaquer, on a lâché 3 dollars pour avoir accès au service. “3 dollars, c’est assez cher pour générer une image à la con”, pensais-je, radine comme je suis. Mais ma boss était d’accord pour faire chauffer sa carte bancaire.

Une fois la moula insérée, je me mis à l’ouvrage. Pour générer une image, l’outil demande un minimum de quatre photos du sujet, dans des expressions et styles différents, de donner un titre à ladite œuvre, et de renseigner le genre auquel votre sujet s’identifie. J’essaie avec un selfie exclusif et quelques clichés de ma boss trouvés sur le Web, car elle est assez connue : elle travaillait à la radio et elle a coécrit un livre. Et puis elle a payé, donc elle méritait de profiter entièrement de l’expérience.

À voir aussi sur Konbini

© Konbini

Après cette étape, l’IA me demande d’entrer une description pour aiguiser l’esthétique de l’image à produire. Je tape en anglais : “femme dans un champ de fleurs avec un look élégant”. Je ne sais pas bien pourquoi, mais je voulais voir ma cheffe ravissante dans un champ de fleurs. Ça m’a pris, comme ça.

Quelle n’a pas été notre surprise quand nous avons découvert qu’une image mettait 88 minutes à être créée. Et que les 3 dollars ne payaient qu’une seule image. Mes collègues dégainant leurs selfies pour servir de cobayes furent déçu·e·s que l’attraction s’arrête là. Le résultat n’en est que plus décevant.

© Konbini

Le visage de ma boss fut détruit par cette IA, transformé en celui d’un personnage de jeux vidéo sur smartphone de type Episode ou de bande dessinée. L’originale est bien mieux, si je puis me permettre, car réaliste, de chair et d’os. Le champ de fleurs, auquel je tenais particulièrement, n’apparaît d’ailleurs qu’une fois. La théorie avancée par quelques membres de la rédaction en quête d’augmentation : “Sa beauté naturelle a tout bonnement cassé l’IA.”

À ce prix et ce temps-là, on vous conseille de rester sur DALL-E et de ne jamais laisser une intelligence artificielle vous changer. Restez comme vous êtes, vous êtes parfait·e·s.

© Konbini

© Konbini

© Konbini

© Konbini

© Konbini