AccueilBiiinge

En saison 4 de Westworld, pour distinguer les humains des hôtes, tout est affaire d’apparence

Publié le

par Marine Pérot

Nous avons pu discuter avec celles et ceux qui créent les looks de ces personnages et brouillent les pistes entre naturel et artificiel.

En saison 4 de Westworld, pour distinguer les humains des hôtes, tout est affaire d’apparence

© HBO

Récit de science-fiction se déroulant plus de trente ans dans le futur, Westworld met en scène des androïdes, clones et autres personnages pas tout à fait humains. Mais comment l’équipe de la série, sous la houlette de ses showrunners Lisa Joy et Jonathan Nolan, crée l’illusion d’un monde futuriste ? On a demandé́ aux responsables coiffure et maquillage de la série de nous raconter comment le look des personnages de Westworld est conçu.

Un certain degré́ de perfection

Sans les prestations hors pair d’acteurs et actrices comme Evan Rachel Wood, Thandiwe Newton ou encore Jeffrey Wright, Westworld ne parviendrait sans doute pas à̀ faire croire à son public que certains de ses personnages sont des androïdes. Cependant, pour que cela fonctionne, tout ne repose pas uniquement sur les épaules des interprètes, mais aussi sur celles des équipes qui œuvrent en coulisses pour donner aux personnages un côté non-humain. En effet, Elisa Marsh, cheffe maquilleuse sur la série, nous explique que l’apparence d’un hôte se doit d’être plus parfaite que celle d’une vraie personne.

“Du point de vue du maquillage, on est sur un certain niveau de perfection, tandis qu’on laisse de légères imperfections pour les humains.”

Que ce soit sur le plan du maquillage ou de la coiffure, les androïdes de Westworld sont toujours impeccables, et c’est comme ça que l’on peut parfois différencier certains personnages interprétés par un même acteur. C’est par exemple le cas pour Ed Harris, que l’on voit à la fois dans la peau de l’Homme en noir (l’humain qui arpentait le parc) et dans celle de William (l’hôte au plan machiavélique). “Cette saison, William laisse entrevoir un peu plus de peau, donc on a dû forcer un peu plus sur le correcteur, et ses favoris sur les tempes sont rasés de près, là où l’Homme en noir a une apparence plus brute.”

© HBO

En ce qui concerne Evan Rachel Wood, plus connue dans la série sous les traits de Dolores mais se faisant dorénavant appeler Christina, son apparence a changé́, cette année. Jose Zamora, chef coiffeur sur cette saison 4, explique que Christina n’a jamais l’air exténué et que sa coiffure et le reste de son apparence, comme celles du reste des personnes dans son monde, sont très structurées. La cheffe maquilleuse Elisa Marsh ajoute :

“Christina est maintenant dans le monde réel et nous supposons qu’elle est toujours une hôtesse, sauf qu’elle l’ignore encore. Donc son look est très différent cette saison. […] Elle a beaucoup plus de vie dans sa peau, mais pas d’imperfection, car c’est toujours une hôtesse.”

Liberté́ créative et contrefaçon

Westworld est une production qui contient des éléments visuels historiques sans pour autant être une véritable série d’époque. Qu’il s’agisse de recréer les années 1920, le Far West ou le Japon des samouraïs, elle peut donc prendre des liberté́s créatives, puisqu’elle ne cherche pas une fidélité historique mais une version du parc d’attractions sorti tout droit de l’imaginaire des têtes pensantes de Delos. Pour Temperance, le nouveau parc au temps de la prohibition, l’équipe a ainsi pu mélanger les styles.

© HBO

“C’est un parc à thème”, explique Jose Zamora, le chef coiffeur, “ça ne devrait pas vraiment ressembler aux années 1920. Pour la fausse Maeve, par exemple, on a fini par lui faire une sorte de chignon qui fait plus coiffure de tapis rouge qu’années folles”. En parlant de la version Temperance de Maeve, Westworld a en effet introduit en saison 4 des hôtes reprenant les personnages vus à Sweetwater en saison 1 mais sous les traits d’acteurs et actrices différentes. Jason Collins, concepteur d’effets spéciaux maquillage, raconte :

“On s’est amusé́s à faire des hôtes de contrefaçon cette saison. […] Parce que vous devez savoir que ce n’est pas la même personne, tout en reconnaissant les traits du personnage d’origine.”

Dans “Années folles”, l’épisode 3 de cette saison 4, les scénarios du parc Westworld d’origine sont rejoués à Temperance avec des versions différentes de Dolores, Maeve et compagnie. Pour le personnage d’Armistice, qui apparaît avec Hector dans un style Bonnie et Clyde, Collins et son équipe ont dû revoir son tatouage facial.

“Dans la première saison, elle a un tatouage avec un serpent. Nous avons donc fait une version Art déco du serpent, pour que ça colle mieux à cette époque. Hector a toujours sa cicatrice, mais ce n’est pas exactement la même, c’est juste ce qu’il faut.”

Jennifer Aspinall, cheffe conceptrice d’effets spéciaux maquillage, souligne à son tour que, là encore, l’équipe a pu prendre des liberté́s sur l’apparence d’Armistice : “Sa coiffure n’est pas d’époque, elle a été inspirée par celle de Faye Dunaway dans le film Bonnie et Clyde qui date des années 1960.”

Imaginer le futur

© HBO

Si Westworld est une série qui se déroule dans le futur, elle puise son esthétique dans le monde actuel pour dépeindre un univers où la technologie règne et où la limite entre l’homme et la machine est brouillée. En ce qui concerne le look des personnages, Elisa Marsh explique qu’il est important de rester éloigné des modes contemporaines pour ne pas risquer de briser l’illusion du futur pour le spectateur, et ne pas clouer la série à notre époque : “Tout ce qui relève à 100 % d’une tendance actuelle, nous allons l’éviter du mieux que nous pouvons, car cela nous placerait dans la période où nous avons filmé́, et non dans l’époque où nous sommes censés être.”

Un style épuré et subtil, c’est donc le mot d’ordre dans Westworld. Mais cela ne veut pas dire que la production n’observe pas le présent pour imaginer l’avenir. Marsh précise :

“Une chose qui est maintenant vraiment pertinente est la non-binarité, la fluidité́ des genres.”

Les stylistes et maquilleur·euse·s penchent alors de plus en plus vers des silhouettes androgynes. Si cela ne se voit pas sur les acteur·rice·s principaux·ales, car cela ne fait pas partie de leurs histoires, Marsh et ses collègues peuvent en revanche prendre plus de libertés avec les comédien·ne·s de second plan. Elle explique :

“Si on a une femme masculine, avec des sourcils marqués, on va l’utiliser. On va affirmer cette masculinité́ plutôt que d’essayer de la cacher. […] De la même manière, si on a un homme aux traits féminins, on va peut-être lui mettre un peu de gloss ou d’eye-liner. Rien de bien extrême, mais des petites touches.”

Et la cheffe maquilleuse de conclure : “C’est vers ça que le monde tend, c’est le futur. Il va y avoir plus d’androgynie. Les jeunes générations sont fluides avec le genre et la sexualité́, les choses sont moins définies, alors on essaye d’intégrer un peu de tout ça, parce que je pense que c’est à ça que ressemblera le futur.”

La saison 4 de Westworld est actuellement diffusée sur OCS.

À voir aussi sur Konbini :