AccueilBiiinge

Le Livre de Boba Fett, ou la saison 2.5 dissimulée de The Mandalorian

Publié le

par Adrien Delage

Le spin-off consacré au chasseur de primes aurait dû être une sous-intrigue de The Mandalorian, à la fois anecdotique et excitante pour la suite.

Le Livre de Boba Fett, ou la saison 2.5 dissimulée de The Mandalorian

© Disney+

Si la saga Star Wars a été relancée avec le rachat de Lucasfilm par Disney en 2012, ce renouveau divise au sein des fans. La nouvelle trilogie n’a pas franchement fait l’unanimité, contrairement à des productions plus intimistes et indépendantes comme Rogue One ou The Mandalorian. En vérité, l’arrivée du space opera sur le petit écran a fait beaucoup de bien à Star Wars, en partie grâce à Dave Filoni (The Clone Wars), fils spirituel de George Lucas. Mais la saga la plus populaire du petit écran peut aussi se planter, comme en témoigne le spin-off Le Livre de Boba Fett.

Entre deux saisons de The Mandalorian, Disney a souhaité creuser un peu plus le lore de Star Wars avec cette mini-série dérivée consacrée au chasseur de primes apparu dans la trilogie originale. Sept épisodes qui reviennent sur la prise de Mos Eisley par le daimyo et son bras droit Fennec Shand, qui a surpris en cours de route avec une avalanche de caméos, des liens étroits avec la série animée The Clone Wars et le retour de Din Djarin et Grogu avant l’heure. Au final, l’intérêt et l’impact du Livre de Boba Fett sur l’univers semblent minimes, si ce n’est pour préparer l’avenir de la franchise dans le monde des séries.

Le syndrome bande-annonce

© Disney+

Le Livre de Boba Fett souffre du même défaut que certains films de l’écurie Marvel Studios : le syndrome du “film bande-annonce”, qui se contente davantage de teaser le crossover épique à venir que de nous raconter une histoire 100 % authentique. En d’autres termes, la mini-série consacrée à Boba Fett est en quelque sorte une saison 2.5 de The Mandalorian, qui croule sous le fan service et le charisme de Din Djarin, et a clairement fini par voler la vedette de son homologue. Les deux intrigues principales, le combat entre Boba et les Pykes d’un côté et les retrouvailles entre Din et Grogu de l’autre, ne se valent pas dans une œuvre qui même esthétiquement manque de cohérence.

Le style kitsch et hard tech du réalisateur Robert Rodriguez, qui a filmé trois épisodes de la mini-série, ne fait pas franchement l’unanimité au sein des fans comme en témoigne le look Power Rangers du groupe des Modifiés. Sa mise en scène manquait de peps dans la course-poursuite rocambolesque de l’épisode 3, tandis que la bataille généreuse mais interminable de l’épisode 7 reste très brouillonne et ponctuée de séquences pseudo badass à la limite du ridicule. En conséquence, certains épisodes comme ceux dédiés à Mando semblent complètement décorrélés de la mini-série, gâchant l’expérience immersive des spectateurs et spectatrices.

Chargement du twitt...

Chargement du twitt...

Toutefois, on peut aussi considérer la série comme très généreuse en termes de fan service, piochant allègrement dans le passé de Star Wars. Dave Filoni y glisse aussi quelques références plus subtiles à The Clone Wars et continue d’adapter son univers animé très riche et complexe en live action. La plupart sont très réussies, comme la discussion autour d’Anakin Skywalker entre Ahsoka et Luke, voire carrément épiques comme l’introduction de Cad Bane, antagoniste aussi glaçant que charismatique, qui pose instantanément une ambiance plus sombre et franchement réjouissante dans la saga. On n’avait pas vu un méchant aussi charismatique depuis le Dark Maul de La Menace fantôme.

Mais la meilleure partie de la série reste très clairement celle consacrée à Mando et Grogu. D’abord par les émotions procurées par leurs retrouvailles, ensuite pour le plaisir de retrouver la mythologie des Mandaloriens. Ainsi, Le Livre de Boba Fett est la preuve que The Mandalorian est à la fois la force et la faiblesse du renouveau de Star Wars en série : l’œuvre dérivée la plus authentique, nostalgique et galvanisante depuis la prélogie, mais qui aspire tous les désirs des fans sur les projets annexes. En résumé, la réussite de The Mandalorian agit comme une ombre sur ses différents spin-off (on pourrait craindre le même effet bande-annonce avec la série consacrée à Ashoka Tano), si bien que Le Livre de Boba Fett peut être davantage considéré comme une sous-intrigue de la série mère plutôt qu’une histoire originale et complète.

Par la suite, Disney devrait toutefois éviter ce syndrome avec des projets chronologiquement plus éloignés de The Mandalorian. On pense à Andor et Obi-Wan Kenobi, qui se dérouleront entre La Revanche des Sith et Un nouvel espoir, soit des années avant la naissance de Din Djarin et Grogu. Mais les studios américains ne devront pas réitérer la même erreur une deuxième fois, et laisser le voyage de Mando et Grogu dans leur propre série, à savoir la saison 3 de The Mandalorian, attendue d’ici 2023.

La mini-série Le Livre de Boba Fett est disponible en intégralité sur Disney+.

À voir aussi sur Konbini :