AccueilBiiinge

On en sait plus sur la série animée Astérix d’Alain Chabat

Publié le

par Adrien Delage

Le réalisateur français va adapter Le Combat des chefs pour Netflix.

On en sait plus sur la série animée Astérix d’Alain Chabat

© Studios Idéfix

De passage au Festival de Cannes pour Incroyable mais vrai, le dernier film en date de Quentin Dupieux, Alain Chabat s’active aussi dans l’ombre sur le petit écran. Le réalisateur, acteur et producteur français va adapter Le Combat des chefs, le septième tome des aventures d’Astérix publié en 1966, en une mini-série animée pour Netflix. Si on avait peu de nouvelles du projet depuis un an, Alain Chabat s’est confié à Version Femina sur ses intentions concernant cette énième adaptation de l’œuvre de René Goscinny et Albert Uderzo.

Ainsi, on apprend qu’Alain Chabat a fini l’étape d’écriture avec ses auteurs de longue date, à savoir Benoît Oullion (Burger Quiz) et Pierre-Alain Bloch alias Piano (Avez-vous déjà vu ..?), et que la série animée est désormais en production. Le réalisateur précise qu’il s’agit “d’animation en 3D”, et que le projet “réunit à la fois [son] goût de la bande dessinée et du cinéma”.

Dans le même temps, il avait accordé une interview à Brut où il explique que c’est une série ambitieuse de cinq épisodes de trente minutes, sur laquelle travaillent “des gens absolument mythiques dans l’animation”. Évidemment, tous les fans des Gaulois espèrent une adaptation aussi drôle et audacieuse que le film culte Les Douze Travaux d’Astérix, par ailleurs disponible sur Netflix.

Le Combat des chefs présente une nouvelle tentative des Romains pour renverser l’irréductible village gaulois. Le centurion Langélus et son bras droit Perclus complotent pour capturer Panoramix et priver les siens de sa fameuse potion magique. Ensuite, ils prévoient de provoquer en duel Abraracourcix, le chef du village gallo-romain d’Armorique, pour le vaincre facilement et s’emparer de son fief. Mais c’était sans compter sur Astérix et Obélix, qui vont prêter main-forte à leur druide et en profiter pour mettre une déculottée aux Romains et à leur champion, le puissant mais simplet Aplusbégalix.

À voir aussi sur Konbini :