AccueilMusique

35 % des emplois de l’industrie musicale du Royaume-Uni ont disparu durant la pandémie

Publié le

par Samuel Delwasse

@ UK Music / Facebook

À la suite de l’interruption brutale des activités musicales en mars 2020, l’État doit aujourd’hui secourir ce secteur en crise.

C’est une sonnette d’alarme que vient de tirer UK Music. L’organisation qui prône le développement du secteur musical au Royaume-Uni vient de publier "This is Music 2021", un rapport glaçant rendant compte des terribles répercussions de la pandémie sur l’industrie musicale sur l’ensemble de la Grande-Bretagne.

Des chiffres sans appel, des témoignages de spécialistes, et un appel à l’aide au gouvernement pour sauver une industrie en chute libre depuis plus de dix-huit mois.

Chargement du twitt...

69 000 emplois disparaissent

Les conclusions sur l’année 2020 du rapport parlent d’elles-mêmes :

  • 69 000 emplois ont été supprimés de 2019 à 2020, soit une baisse de 35 % sur l’ensemble des emplois du secteur musical.
  • La place de la musique dans l’économie britannique a chuté de 46 %, passant de 5,1 à 3,1 milliards de livres de 2019 à 2020.
  • Les exportations de musique (comprendre la vente d’albums, en physique et numérique) ont chuté de 23 %, passant de 2,9 à 2,3 milliards de livres de 2019 à 2020.

Dès mars 2020, le lockdown a provoqué la suspension des concerts, festivals, la fermeture des salles, des studios. Une pause générale pour tous les acteurs de la musique au Royaume-Uni (comme presque partout dans le monde) qui a plongé toute une industrie dans une crise particulièrement inquiétante. Une crise qui s’ajoute aux nombreuses difficultés que le Brexit a provoquées pour les artistes.

Des milliers de travailleurs indépendants n’ont pas pu profiter d’une éligibilité aux aides de l’État et au soutien financier apporté durant la pandémie. À cause de cela, nombre d’entre eux ont dû se réorienter et temporairement quitter l’industrie musicale pour résister à cette crise sanitaire. Cette non-action de la part de l’État britannique a poussé des milliers d’employés dans la précarité. 

Horace Trubridge, secrétaire général de Musicians' Union, explique :

"La perte totale du travail en direct pendant plus d’un an et le fait que l’aide financière offerte par le gouvernement ait laissé tant de personnes sur le carreau ont entraîné une énorme perte d’emplois et de talents."

L’État appelé en renfort

Un appel à l’aide de la part des acteurs de l’industrie musicale pour sauver des artistes et embrayer un plan de relance a été envoyé au gouvernement britannique. Trubridge poursuit :

"Alors que l’industrie du spectacle doit maintenant faire face à l’impact effroyable du Brexit sur la mobilité des artistes, il est temps que le gouvernement intervienne et apporte un soutien réaliste et efficace à une industrie qui faisait autrefois l’envie du monde entier et qui lutte aujourd’hui pour sa survie."

Jamie Njoku-Goodwin, directeur général de UK Music, a insisté à la suite du rapport "This is Music 2021" sur le fait que l’action de l’État pour redresser la situation et relancer la croissance se devait d’être efficace immédiatement. Il a dressé cinq points d’action face auxquels l’intervention de l’État se faisait attendre :

  • les allègements fiscaux pour stimuler la croissance et l’emploi.
  • la facilitation de circulation au sein de l’Union Européenne pour les artistes en tournée (sur qui les contraintes se sont alourdies depuis le Brexit).
  • un soutien financier pour les exportations de musique.
  • la sécurisation du vivier de talents au Royaume-Uni en finançant l’éducation musicale et les travailleurs indépendants.
  • la réduction du taux de TVA sur les tickets pour les concerts.

(© UK Music)

Un vaste chantier face auquel l’État britannique est confronté et attendu. Ces réclamations et alertes quant aux rapports de UK Music sont arrivées aux oreilles du ministère de la Culture. Nadine Dorries, la secrétaire d’État à la culture, s’est engagée à prendre rapidement des mesures drastiques pour porter assistance à cette industrie en péril :

"Nous avons écouté attentivement les arguments de UK Music concernant une défaillance du marché en matière d’assurance événementielle. L’industrie musicale britannique est l’un des grands atouts nationaux de notre pays, et je m’engage à ce que le gouvernement continue à la soutenir à chaque étape du processus".

Des politiques attendus au front et des artistes dans une impasse terrible : la situation en Grande-Bretagne se doit de faire émerger une vague de changements, et vite. "Sans ces changements, et ces changements effectués rapidement, l’industrie musicale britannique sera encore plus une arène pour les privilégiés qu’elle ne l’est déjà", souligne l’artiste Self Esteem.

Malgré un système de protection bien plus conséquent, un rapport similaire était sorti au cœur de la crise en juin 2020 en France. Si la plupart des emplois ont été sauvés grâce aux aides de l’État à de nombreux acteurs de l’industrie musicale, les pertes se sont fortement fait ressentir sur les ventes d’albums : les ventes ont chuté de près de 40 % pour les CD et de 7 % pour le streaming.

À voir aussi sur konbini :