AccueilInternet

On a classé (objectivement) TOUS les personnages de League of Legends

Oui, les 165

On a classé (objectivement) TOUS les personnages de League of Legends

avatar

Par Konbini

Publié le , modifié le

Pour ces Worlds exceptionnels, on s’est dit qu’on allait sortir un classement extraordinaire et complètement biaisé.

Alors que les Worlds 2023 de League of Legends touchent bientôt à leur fin, on s’est donné une mission de l’ordre de l’impossible : classer les 165 champions de League of Legends. Un travail pharaonique pour rendre hommage à ce jeu qui déchaîne haine et amour, passion et addiction.

À voir aussi sur Konbini

Et quand on parle de classer les champions, c’est un tout. C’est pour ce qu’ils représentent dans le jeu. Cela peut concerner leur symbolique, leur design, l’état d’esprit de leurs OTP, leur histoire dans le lore, leur image en Solo Q comme en pro-play. Qu’il soit entré dans la légende ou dans l’infamie, c’est tout cela à la fois, un champion de League of Legends.

À la rédaction, les passions se sont aussi déchaînées, tout le monde voulait défendre son main ou assassiner son counter. Certains choix furent difficiles, d’autres complètement logiques. Vous ne serez pas d’accord, et c’est normal : nous non plus ne l’étions pas. Mais quoi de mieux pour s’engueuler que de parler de League of Legends finalement ?

Voici le classement objectif, scientifique et garanti sans douche de tous les champions de League of Legends :

#165. Yuumi

Est-ce qu’on est vraiment obligés de se justifier ? Ce champion s’est juste trompé de jeu, c’est tout, il a pris la mauvaise sortie et est arrivé sur la Faille. Nous, on veut l’en renvoyer.

#164. Heimerdinger

Le GOAT des champions irritants. Franchement, qu’est-ce qu’il y a de plus énervant que de lane contre ce petit moustachu-là ? Y a Plants vs. Zombies si t’aimes le tower defense.

#163. Draven

Ce n’est pas le perso qu’on juge, c’est ceux qui le jouent (trop) souvent. Draven, c’est la toxicité à l’état pur mélangée à un mental d’enfant capricieux de 7 ans et demi. Déso pas déso.

#162. Maître Yi

Iconique, mais justement parce qu’on le déteste. Le Maître Yi full AP nous manque quand même un peu…

#161. Warwick

Stun, dash, fear, vol de vie, vitesse de déplacement… Il a sans doute le kit de sorts le plus écœurant du jeu, et puis les loups-garous, c’est démodé.

#160. Quinn

Elle se trompe de lane tout le temps, emmerdant tout le monde au top, puis sur toute la carte. Go ulti hors de la map, stp, Quinn.

#159. Akshan

“Et donc là, il pourrait ressusciter tout le monde !” Haha. Excellent. Super drôle. Non. Pas du tout en fait. Ah oui et au fait : on parle de descriptions de sorts, pas d’un roman de Zola, lâchez-nous avec vos persos faussement compliqués.

#158. Yorick

Aucun flow, se bat notamment avec UNE PELLE et des petites bêtes énervantes. C’est dur d’aimer le roi des split pushers qui ne veut pas jouer au jeu.

#157. Urgot

Il était vraiment moche avant son rework, et aujourd’hui, il est quand même moche. Après, on ne juge pas qu’au physique, mais comme on parle d’Urgot, il n’y a rien d’autre à aller chercher.

#156. Vayne

Quand ils ont créé Vayne, ils se sont dit que ça ferait un super homologue féminin à Blade le chasseur de vampires. C’est raté, puisque c’est juste une harceleuse notoire renforcée par une incapacité à nous intéresser. Reste invisible tout le temps, s’il te plaît.

#155. Kled

Ici, on n’aime pas la souffrance animale, et au vu de son kit de sorts, Kled est un braconnier notoire. Le gus semble en plus l’assumer vu qu’il laisse crever sa monture toutes les quatre minutes. J’appelle L-214 Kled.

#154. Briar

En créant un lore de personnage complètement écervelé, qui aurait cru que son gameplay le serait tout autant ? Tout le monde, en vrai. C’est la promesse de Briar : soyez bête, vous serez récompensé.

#153. Bel’Veth

Pew pew pew pew pew pew pew pew pew pew pew!

#152. Milio

Milou sans Tintin, ça vaut pas un clou, surtout dans la Faille de l’Invocateur.

#151. Aphelios

S’il fallait 200 ans d’expérience pour pondre un truc incompréhensible, les pyramides égyptiennes seraient bien plus compliquées que ça. CQFD, t’es dans le mauvais jeu, Aphelios.

#150. Naafiri

Il y a déjà un chien sur la Faille, c’est Nasus, donc pas besoin de toute une meute – on préfère même Dog’Maw.

#149. Qiyana

L’Aphelios des assassins. Quand tu joues contre, tu trouves ça turbo-broken, mais quand t’essaies de la jouer, t’arrives à rien.

#148. Singed

Prout. Le mec lâche ses gaz et se casse en n’assumant rien. Joue, non ?

#147. Graves

Le mec avec le fusil à pompe, là.

#146. Lillia

Lillia, c’est la meuf qui vient chez toi, croque dans ton goûter et repart aussi vite sans un merci ni un au revoir. On n’aime pas les individualistes ici, alors si t’es si rapide, pars loin, Lillia.

#145. Illaoi

On a déjà Vel’Koz pour les tentacules donc on n’avait pas besoin qu’une harceleuse se mette à les multiplier partout. Les pieuvres ont neuf cerveaux, jouer Illaoi ne requiert que neuf neurones.

#144. Karma

Karma is a b*tch, y compris dans la Faille, où elle fait chier tout le monde.

#143. Pantheon

Sur le papier, un spartiate sous stéroïdes, c’est sympa, mais dans les faits, on a juste l’impression que Pantheon est un sbire un peu amélioré qu’un bot pourrait jouer.

#142. Rengar

Couché le chat, retourne dans tes buissons et va faire tomber la carafe de la table.

#141. Janna

Mets-toi encore plus loin pour envoyer la tornade, stp.

#140. Kayn

Deux formes plus honteuses l’une que l’autre. Permaban sinon conséquences. On veut le voir uniquement dans les mains de Canyon.

#139. Swain

On pourrait se dire qu’un vampire, c’est mieux qu’une chasseuse de vampires. Eh bien non, raté, toujours pas de charisme et un gameplay de dégénéré.

#138. Vladimir

Reprendre la description précédente et rajouter un gameplay encore plus stupide.

#137. Talon

C’est bien, continue à faire des saltos au-dessus des murs, tu vas peut-être enfin sortir de la carte à tout jamais.

#136. Annie

Une fois, j’ai fait un pentakill avec Annie, je m’étais juste endormi sur mon clavier.

#135. Malzahar

Grosse alerte harceleur.

#134. Hecarim

Quand il est en mode TGV inarrêtable, on adore détester Hecarim. Quand il se prend nerf sur nerf, on a plutôt l’impression de jouer à Alexandra Ledermann.

#133. Brand

Tuto Brand : appuie sur R et attends que les gens brûlent. Stylé.

#132. Ziggs

La dernière fois que j’ai vu une telle obsession pour une tour, c’était à Pise avec les touristes ringards.

#131. Lulu

La preuve qu’on peut être mignon et détestable. Une harceleuse qui se cache derrière un masque de naïveté.

#130. Sona

OK, le skin DJ Sona est vraiment trop stylé, mais le champion est vraiment vieillissant et toujours aussi faible malgré les métas qui passent. C’est plutôt Sonaze, lol.

#129. Nilah

Des coups de fouet, c’est super, mais on se fait déjà assez claquer le popotin en ranked pour subir un champion du BDSM.

#128. Skarner

Un scorpion géant. Voilà. Si seulement ton ulti était satisfaisant, mais non, il te permet juste de ne pas être viré du jeu.

#127. Viego

On avait déjà Sylas qui volait nos ultis, voilà que le roi des emo-gothiques se ramène pour tout nous prendre.

#126. Zilean

Jamais vu un horloger aussi speed que ce champion. Calme, mec, pas besoin de foutre des bombes sur tes potes. Ah oui, et le R, c’est pas après qu’on soit mort, en fait.

#125. Vex

À la sortie du champion, on s’est dit qu’il y avait un truc. Mais en fait non.

#124. Kassadin

xPeke a failli donner une carrière au champion, mais en fait non… Faut arrêter les champions qui doivent attendre leur niveau 16 pour être utile, Riot.

#123. Zyra

La quatrième évolution secrète après Empiflor, aussi vile qu’ingérable. Une mauvaise herbe dont on se passerait bien, surtout quand on a pris un support à grab incapable de passer outre les plantes.

#122. Rek’Sai

La vieille taupe de League of Legends n’a jamais vraiment brillé par ses capacités et tombe peu à peu dans l’oubli et le champion pool des joueurs. L’inverse de creuser son trou en somme, un comble pour une créature aux griffes acérées.

#121. Xerath

Alias le champion qui reste à 10 000 kilomètres de toi et qui t’envoie des sorts en illimité. MAIS VIENS TE BATTRE.

#120. Kayle

Une véritable blague en early game, l’enfer de tous les joueurs de LoL une fois le niveau 16 atteint. Kayle, c’est un peu le Sephiroth de la Faille de l’Invocateur, un ange déchu qui te donne sérieusement envie de ragequit à 25 minutes de jeu.

#119. Diana

C’est un oiseau, c’est un avion, c’est une pleine lune… Ah non, c’est juste Diana qui vient t’arracher la tronche avec son ulti – elle a farmé toute ta jungle juste avant.

#118. Xin Zhao

Le roi de la jungle pendant un temps, Xin Zhao a pris sa retraite et serait désormais le meilleur pote de Zhang Liao dans Dynasty Warriors. Plutôt cool comme reconversion. Allez, ciao, l’ancien !

#117. Séraphine

Ne vous méprenez pas, la belle Séraphine n’a d’angélique que son nom (et ses skins K/DA hors de prix). Du heal, du poke, et tout ça sans jamais perdre un poil de mana, ça devrait être interdit dans la Faille. Après, c’est vrai que la musique du skin All Out est vraiment stylée…

#116. Wukong

Le perso ultime pour tout débutant, sûrement redevenu populaire quand Billy était en mode tryhard. Le singe le plus sympa du jeu reste toutefois bien ennuyant comparé à l’élite des bruisers.

#115. Soraka

Soraka concentre en elle toute l’ingratitude du rôle de support : elle permet à tout le monde de rester en vie et lance des bananes insignifiantes à ses adversaires en contrepartie. On a vu plus sexy, même pour une chèvre qui se tient sur ses deux pattes arrière.

#114. Anivia

L’œuf. On pourrait s’arrêter là. La seule fois où le champion nous a hype, c’était dans les mains de Froggen, il y a fort longtemps…

#113. Xayah

Un ADC qui a fait ses preuves mais qui veut jamais la fermer quand Rakan est dans les parages. Suffisamment insupportable pour chuter dans le classement et nous voler dans les plumes – vous l’avez ?

#112. Zac

Il veut pas gank d’encore plus loin ?

#111. Volibear

Sur le papier, un ours polaire, c’est stylé, mais dans la réalisation, beaucoup moins.

#110. Viktor

On s’est presque mis à l’aimer après Arcane, PRESQUE.

#109. Vi

Un champion tellement fun à jouer, mais mes collègues n’ont pas de goût, que voulez-vous. Même si elle reste moins stylée que Jinx dans Arcane. Déso, sœurette.

#108. Udyr

Palmarès d’Udyr en 2012 : s’offrir le skin le plus coloré et cher de LoL. Palmarès d’Udyr depuis ? Courir dans la forêt pour jouer à cache-cache en recréant le carnaval des animaux. Non merci, ça dégage.

#107. Vel’Koz

Xerath mais en un peu plus technique. Tu nous énerves quand même.

#106. Amumu

T’es mignon en vrai, mais tu chiales pour pas grand-chose.

#105. Shen

T’es un bon gars au fond, Shen, mais boucle-la quand tu essaies de dash-in, je t’en supplie. T’as perdu 80 places à cause de tes “AYA!”.

#104. Akali

T’as cru qu’on jouait à Naruto en fait ? Un champion qui paraît super classe mais qui se contente souvent d’abuser de la méta et qui est joué par des Bronze qui se prennent pour Faker.

#103. Irelia

Un sort pour être sûr de ne pas louper le last hit des CS, il fallait y penser (non). On est contents quand Irelia nous carry, mais le plus souvent, ça tilt à 15 minutes.

#102. Kindred

Elle passe plus de temps dans ta jungle que dans la sienne. Il n’y a que Pyosik qui a le droit de la jouer.

#101. Kalista

Voilà à quoi on pense quand on regarde le gameplay de Kalista : “Petits pas, petits pas, petits pas, hou ! l’ADC se réveille”. Avez-vous la référence ?

#100. Katarina

Un perso difficile à classer. D’un côté, Katarina est une métaphore de la frustration capable de te faire exploser six claviers à la suite en une seule game ; de l’autre, elle a du skill, et une Kata bien jouée, ça se respecte forcément. Non, je déconne, ça part en instant report à toutes les parties.

#99. Trundle

TAPER, TAPER, (pilier), TAPER, TAPER, TAPER.

#98. Maokai

En gros, c’est un arbre avec des Pikmin énervants.

#97. Kha’Zix

Respect. C’est une mante religieuse mâle, donc Kha’Zix vit dans la crainte de se faire dévorer par sa femme le jour de l’accouplement. Mais malheureusement, dans la Faille, c’est juste un champion de harceleur de plus (merci pour tout, Alex Ich, mais ton travail n’aura pas suffi).

#96. Elise

L’araignée la plus sympa du quartier n’est pas Spider-Man mais notre chère Elise, avec ses cocons qui touchent une fois sur deux quand ton jungler n’a pas de bras.

#95. Tahm Kench

Un personnage dégoûtant, on ne va pas se mentir. Mais un peu marrant. Mais dégoûtant.

#94. Jhin

Sniper à longue distance, c’est bien, mais le côté “je cours partout et tu ne me toucheras jamais”, c’est juste relou.

#93. Riven

Faire huit dashs en trois secondes, c’est pas du skill, c’est juste un problème de design.

#92. Miss Fortune

Jack Sparrow version meuf et moins bourrée. Quoique

#91. Twitch

“TITITITI”. Le personnage préféré des Parisiens, évidemment, mais comme eux, il est aussi sournois que drôle.

#90. Tristana

Un Yordle comme un autre, même si elle est trop mimi dans sa tenue de plombier. Arrête de harceler en midlane, en revanche.

#89. Lucian

Une dinguerie à sa sortie, le Pistolero de la Faille est désormais sur le banc des ADC remplaçants. Attendez, il serait pas devenu “Luchiant” ? haha…

#88. Samira

Samira la plus belle, sauf quand elle enchaîne les quintuplés juste en appuyant sur R. Cheatée quand elle est en avance, inutile sinon, c’est toujours rassurant de l’avoir dans son camp.

#87. Lissandra

La plus charismatique des trois princesses de Freljord, mais un peu trop de contrôle de foule à notre goût.

#86. Syndra

La définition même d’avoir les boules : flash out après avoir reçu un ultime de Syndra en pleine tronche. Le cauchemar des champions à engage, surtout quand elle te claque son E en pleine face.

#85. Teemo

Tout aussi énervant qu’iconique, aussi culte que toxique, aussi génial qu’insupportable. Une place pile au milieu du classement dans le parfait équilibre entre le Bien et le Mal.

#84. Sivir

MDR, on n’a pas lancé LoL pour faire une partie de frisbee.

#83. Tryndamere

Dans le genre perso au gameplay bourrin, on fait difficilement mieux. Pour la finesse, on repassera, mais au moins, les ancêtres seront fiers.

#82. Rumble

Le bruit que tu fais quand tu es en surchauffe te fait perdre au moins 20 places. Big up à ton ultime très stylé par contre.

#81. Zeri

Arrête de courir, arrête de péter ta touche de clavier, arrête de traverser les murs. Arrête tout en fait.

#80. Sejuani

En gros, elle a un sanglier et elle est intuable. Pas méchante, hein, mais pas de quoi fouetter un Yuumi non plus.

#79. Rell

“Cavaliers du Rohan, vous avez prêté serment !” Oups, mauvais univers, mais c’est à peu près ce qu’on ressent si tout se passe bien. Si tout se passe mal, on se sent plutôt comme Gollum torturé par les Nazgûl.

#78. Shyvana

Alors en fait, en dehors des camps et des objectifs neutres, il existe un concept qui s’appelle le “gank”, vous en avez entendu parler, les OTP Shyvana ? Merci pour le late game, néanmoins.

#77. Mordekaiser

Tu nous terrorises mais on t’aimait bien quand tu domptais des dragons – mdr quoi ?

#76. Gnar

Le concept de transformation est si bien. Il y a de belles choses à faire avec Gnar. En lane, par contre, tu es définitivement trop relou.

#75. Nami

On adore avoir une Nami qui nous peel en lane ; on déteste l’avoir en face et réduire à néant tous nos efforts de poke. Mais la bulle est quand même très iconique, donc on t’aime bien, Nami.

#74. Braum

Peut-être la définition même du support défensif, même si, au fond de nous, on adore le jouer attack speed. Le skin de Noël lui donne une carrière.

#73. Alistar

“CE NE SONT PAS DES VACHES À LAIT”.

#72. Karthus

Tout est dans le R, aussi frustrant que magnifique. Et puis il y a le passif aussi. Dès que Karthus est mort, un minijeu commence, il faut réussir à éviter tous les Q.

#71. Sett

Palmarès ? Être musclé et mettre des batista bombs meurtrières.

#70. Yone

On t’adore, mais tu t’es fait éteindre par Yasuo en 1v1… Mais qu’est-ce que t’es classe depuis que t’es mort.

#69. Yasuo

“Hasagi!” Qu’ils soient avec ou contre nous, on déteste les joueurs de Yasuo. Mais il faut avouer que le champion est quand même un peu iconique.

#68. Sion

Le seul champion qui, en 0/10, peut quand même te faire péter un plomb. Culte à sa manière.

#67. Kai’Sa

Sa prestation dans la cinématique de “Warriors” pour sauver Ezreal est sublime. Et comment ne pas évoquer cette merveilleuse interaction en jeu (Ctrl + 5) qui lui permet d’enfiler et de retirer son masque ? Que demander de plus ?

#66. Fiddlesticks

D’une certaine façon iconique, tu restes quand même un épouvantail, hein. En plus, t’es le main de Kotei. Pas facile.

#65. Jarvan IV

Vu qu’on ne connaît pas les trois premiers Jarvan, on part du principe qu’il est le meilleur. En vrai, le combo et l’ulti sont satisfaisants, mais qu’est-ce qu’il a des skins moches, en revanche…

#64. Rammus

Est-ce que c’est possible de vraiment détester Rammus ? Surtout avec la VF et ses “okaaaaaaaaay”.

#63. Renata Glasc

Des derniers personnages sortis, Renata est sûrement un des plus intéressants et des plus skillés sans pour autant être broken. C’est la seule à avoir un nom de famille d’ailleurs.

#62. Renekton

Tu peux passer de champion mâle alpha à champion totalement pété en deux patchs. C’est fascinant.

#61. Orianna

Avec un ulti aussi iconique, difficile de la mettre plus bas. Bon, c’est à peu près tout, mais c’est déjà très bien.

#60. Varus

Attack speed ou AP, on ne vous respecte évidemment pas. Mais en létalité, il nous a offert trop de bons moments, notamment les steals de Gumayusi en finale des Worlds 2022.

#59. Fizz

“Requiiiiiiiin !” Le plus mignon des Yordle.

#58. Cho’Gath

“Niom, niom, niom, niom, niom”.

#57. Ashe

Merci à la Flèche de cristal enchantée d’exister, mais ça reste le personnage du tuto, on ne pouvait pas la mettre plus haut. Et puis sa version support spam Z, on n’en peut plus.

#56. Dr. Mundo

Depuis le rework, t’es un peu stylé quand même. Bel hommage à Frankenstein.

#55. Morgana

Trois, three, drei, tres, trei, tre, ثلاثة, 計数. Pour ceux qui n’auraient pas compris, c’est le nombre de secondes que dure la cage de Morgana niveau 5. C’est illégal… Mais bon, Morgana, c’est quand même un peu l’ADN du jeu.

#54. Gwen

Si tu étais vraiment coiffeuse, je paierais 50 euros sans problème pour passer à ton salon.

#53. Lux

Tuer quelqu’un avec l’ulti de Lux, franchement, quoi de de plus satisfaisant ?

#52. Fiora

Bon, il fallait quand même une bonne place pour le perso d’origine française, mais ça reste un sacré bully qui râle pour rien malgré un kit de sorts broken. Ouais, c’est bien français aussi.

#51. Kog’Maw

L’ADC par excellence : il ne sait grosso modo que tirer de loin, et quand il meurt, il vient nous chialer dans les pattes. On t’aime bien, Kog’Maw, et on t’adore encore plus en AP.

#50. Aatrox

Bousillé par la vie, le pauvre Aatrox… Il faut lire son histoire pour comprendre à quel point le champion est stylé. Je vous jure qu’après cette lecture, les sweet spots que vous prendrez dans la gueule seront moins frustrants.

#49. Camille

Harceleuse notoire mais qui a le mérite de le faire avec classe et élégance (et des pirouettes).

#48. Nocturne

“Ça va être tout noir !” Ta gueule ? Non : t’es mort.

#47. Kennen

Vous avez déjà fait /dance avec Kennen ? Ça suffit pour le placer aussi haut.

#46. Olaf

Dans la catégorie mâle alpha de la toplane. Un bon vieux Viking bien bagarre, bien clique droit.

#45. Leona

Un support solide sur les appuis. T’étourdit, t’immobilise et refuse d’élaborer davantage. Tu as raison, tu n’écoutes pas les rageux, Leona.

#44. Jinx

Ta vidéo d’annonce est banger, la série dont tu es le personnage principal est banger, et quand sur la Faille on chope un reset, tu deviens l’ADC le plus satisfaisant à jouer. Ton récent buff est abusé, en revanche tu vis un tout petit peu trop pour les caméras, Jinx.

#43. Darius

Oui, c’est clairement un des plus grands bullies de la Faille, mais c’est aussi un personnage iconique, qu’il soit joué par Adam aux Worlds ou par Patrick-Kévin en Solo Q Bronze 3. Le skin du dunk lui donne aussi une carrière.

#42. Veigar

Le vieux magicien de la midlane. Le jeu existe depuis 2009 ? On dirait qu’il est là depuis 2008. Respect.

#41. Evelynn

Si sadique mais si charismatique… Si vous ne l’avez jamais jouée, je vous conseille de le faire en montant le son pour ne rater aucune de ses merveilleuses répliques.

#40. Corki

Le champion de la patience. Jouer Corki, c’est apprendre à souffrir pour profiter d’une victoire ultérieure. Toute une philosophie. Et puis, au bout d’un moment, tu deviens Bigard et tu mets le paquet – vous l’avez ?

#39. Zoé

C’est terriblement épuisant de l’affronter mais on est obligés de reconnaître qu’il y a un charme dans ce personnage qui semble faire tout le temps n’importe quoi et d’un coup t’assène 1 500 dégâts en une seconde.

#38. Pyke

Peut-être le plus grand harceleur de League of Legends (avec Shaco), mais en même temps, sans lui, League of Legends serait un havre de paix, et ça, ce n’est pas possible. On aime souffrir de Pyke.

#37. Garen

Le champion que tout le monde a déjà joué au moins une fois dans sa vie. Oui, c’est le moins skillé de tous, mais il est trop iconique pour être plus bas.

#36. Shaco

Le petit filou de la Faille. On t’aime autant qu’on te déteste, Shaco. Dédicace à DJ Rexma.

#35. Sylas

Juste merci pour cet ultimate, Riot. Tu peux jouer cinq persos à la fois dans une même game.

#34. Galio

Bon, la VF de Morgan Freeman et le skin de poulet aident forcément, mais même rien que pour son apparition dans la cinématique de “Warriors” de 2020, il mérite.

#33. Cassiopeia

Un des seuls champions à avoir une particularité propre : pas besoin de bottes. Trop de possibilités de retourner une game grâce à ses sorts. Unique en son genre.

#32. Senna

Comme les ADC chialent tout le temps, Riot a été obligé de leur inventer un support dédié quand ils sont autofill. Le résultat est très beau à voir, on ne va pas se mentir.

#31. Gangplank

Une orange, un tonneau, et on n’en parle plus. Attendez, quoi, 1 700 dommages en un hit ?

#30. Taric

Déjà, c’est le plus beau de tous. Ensuite, son gameplay est à la fois passionnant et du grand n’importe quoi. Épouse-moi, Taric.

#29. Neeko

Un personnage qui a toujours été un peu drôle, notamment en ARAM, mais alors depuis son rework, c’est vraiment incroyable de pouvoir gank en étant déguisé en carapateur. On aime rire, on aime Neeko.

#28. Ornn

Le bon bro, celui qui vous aiderait à monter vos meubles sans aucun souci. Une oasis de tranquillité dans cette Faille de brutes.

#27. Taliyah

Depuis ta refonte, on t’adore, t’es enfin un vrai champion. Et puis le mur de la tisseuse, quel poulet.

#26. Jayce

Toujours élégant celui-là. Qui n’aime pas jouer Jayce ? Ne serait-ce qu’en ARAM…

#25. Ahri

Forcément, il y a une quantité de moves iconiques en pro-play, et puis c’est un perso qui a traversé les époques et les reworks. Trop kawaï UwU pour être plus bas.

#24. K’Santé

Le colosse de la toplane. Kit de sorts archi-broken, mais le champion est tellement réussi. Un des meilleurs designs du jeu – mais évidemment trop broken, et c’est Showmaker qui en parle le mieux.

#23. Gragas

Les possibilités de dinguerie avec Gragas, c’est trop. On parlait du design de K’Santé, mais celui de Gragas, c’est très fort.

#22. Ekko

À la différence de Jinx, il n’a pas eu besoin d’Arcane pour exister dans notre cœur – quel poulet, sa cinématique de présentation.

#21. Ivern

Le seul jungler respectueux de la nature. Le seul jungler à ne pas tilt parce qu’il n’a pas pris le kill et à vous smite votre canon. Le bro ultime, tout simplement.

#20. Jax

Il y a quelque chose de tellement satisfaisant à jouer ce champion. Big up à l’iconique Jax pêcheur.

#19. Caitlyn

ADC cultissime, range abusée, oui, elle peut faire péter des câbles, mais on ne peut pas imaginer LoL sans Caitlyn – ou Arcane d’ailleurs.

#18. Nautilus

En vrai, petit flow, le Nautilus. Son gros scaphandre, son ancre… Il restera un des supports les plus iconiques de la Faille, avec son Q spell à la hitbox parfois incompréhensible.

#17. Nidalee

À une époque, la Nidalee top de Skyyart est ce qu’il se faisait de mieux sur League of Legends… Rien que pour le Q spell légendaire, le meilleur sort de poke jamais créé, elle mérite cette place.

#16. Rakan

C’est toi, la vraie star du couple ! Pas l’autre harceleuse qui jette des plumes.

#15. Ryze

SAKEEEEEEEEEEEEEEEEN. Et tout le reste bien sûr, surtout en pro.

#14. Zed

“FAKER, WHAT WAS THAT?!” Faker vs Ryu évidemment. Est-ce que j’ai besoin de plus argumenter ? OK, Febiven vs Faker (deux fois en une game). C’est bon maintenant ?

#13. Nunu et Willump

Le Disco Nunu donne clairement une carrière à ce personnage, et en ARAM ou ailleurs, il restera toujours et à jamais le champion le plus FUN de tous les temps. Et moi, je suis comme Karine Le Marchand : J’adore rire !

#12. Poppy

“Popopopopopopyyyyy”. Oui, cette vanne nous a presque convaincus de la mettre aussi haut. C’est trop la Yordle good vibes, Poppy, même si elle te botte le cul et qu’elle te pète la gueule si tu t’approches d’un mur.

#11. Blitzcrank

On parlait de Nautilus plus haut, mais qui a un grab plus iconique que celui de Blitzcrank ? Même si, aujourd’hui, il n’a plus la même cote qu’à l’époque, il y a trop de souvenirs qui remontent pour le mettre plus bas. On se rappelle de tes exploits, Jiraya.

#10. Aurelion Sol

Le maître de l’univers, le créateur. Sans lui, Runeterra n’aurait jamais vu la lumière et vos champions préférés n’existeraient pas. Malgré cela, à son implantation dans le jeu, Aurelion Sol ne séduit pas. Boudé du grand public, il n’est qu’un champion d’OTP. Mais depuis sa refonte, qui lui permet de stacker à l’infini et surtout d’abattre l’Apocalypse sur la Faille de l’Invocateur, Aurelion Sol est enfin à la hauteur de sa réputation.

© Riot Games

#9. Malphite

CAILLOU. ULTI. BOUM. Le plus iconique des Golem de League of Legends avec l’ulti le plus satisfaisant qui ait jamais été créé. Tu peux avoir int pendant 35 minutes, si tu R sur cinq ennemis en fin de partie, tu es littéralement un joueur pro coréen, même en Fer 4.

© Riot Games

#8. LeBlanc

Q – R – Z – E ou Z – Q – R – E ? Après, il y a aussi le simple Z – R. Bref, le champion est compliqué à jouer, et ce qui différenciera une bonne d’une mauvaise LeBlanc, c’est évidemment sa vision de jeu mais surtout sa capacité à s’adapter en permanence, et c’est juste beau en fait (petite dédicace à SivHD obligée).

© Riot Games

#7. Nasus

“Who let the dogs out?” NOUS, NOUS, NOUS. Le champion du scaling par excellence, la promesse de passer sa phase de lane tranquille à stack ses minions en PVE pendant que toute ta team se fait arracher. Et une fois prêt, la libération tant attendue apportée par ce messie canin. Même ton petit frère de 7 ans peut réussir à déchirer toute la team adverse avec 700 stacks de Buveuse. C’est pas parce que c’est facile que c’est pas iconique.

© Riot Games

#6. Ezreal

Qu’est-ce que c’est agréable de jouer ce champion ! Avouez-le, on a tous déjà essayé de s’improviser ADC au moins une fois juste pour bombarder ses adversaires de Q. Parlons un peu de l’ulti aussi : tirer au hasard en espérant voler un dragon ou un Baron Nashor, ça fait aussi partie du charme du champion. Tous les ADC devraient se jouer comme Ez.

© Riot Games

#5. Azir

Champion extrêmement compliqué à maîtriser, et quand il te déchire, tu sais que c’est mérité. Une fois, j’ai essayé de le first-time, j’ai cru que j’étais revenu au niveau Adibou du gaming tellement j’étais nul, une ward avait plus d’impact que moi.
Mais surtout, chez Azir, il y a le pro-play : Faker, Chovy, Humanoid, Saken, tous ces noms qui font écho à un seul et même cri qui résonne encore dans notre tête à chaque partie lancée : “LA PARTITION IMPÉRIAAAAAAAAALE !!”

© Riot Games

#4. Twisted Fate

Twisted Fate, c’est l’élégance. Un kit de sorts décent qui n’est fonctionnel qu’avec une bonne vision de jeu. Il faut un QI League of Legends développé pour le maîtriser à la perfection. C’est l’Iniesta de la Faille de l’Invocateur : galette sur galette à coup de Gold Card. Il est un peu moins en vue depuis quelques années, mais ne vous en faites pas, il a eu son heure de gloire grâce aux streams de Gross Gore, au Zhonya de Misaya, à sa danse légendaire, et évidemment à son mythique skin PAX, qui était, à une époque, le plus rare du jeu.

© Riot Games

#3. Bard

Un build complètement absurde, des sorts étranges mais toujours satisfaisants, un passif tout droit sorti d’un jeu de plateformes, Bard est un alien – au volant du Cayenne. On pense qu’il a été conçu après une nuit sous LSD, et c’est ce qui en fait un personnage unique.
C’est un champion absolument fou avec des possibilités infinies, des moves improbables et des clutchs tout droit sortis d’une autre dimension. On t’adore, Bard, tu mérites le carillon de bronze, et dédicace à Trayton – mais fuck quand même.

© Riot Games

#2. Thresh

Un sage jouet extraterrestre a un jour dit : “Le grappin est notre maître, il choisit ceux qui s’en vont et ceux qui restent.” C’est probablement à la suite de cette scène culte de Toy Story 2 que Riot a pris la décision de créer le support le plus charismatique, skillé et terrifiant de l’histoire de League of Legends.

Si on aime autant Thresh, c’est pour son apparence burtonnienne, mais aussi et surtout pour son élégance de gameplay. Un grab de la mort bien plus précis que l’ancre de Nautilus ou le gros bras de Blitzcrank, une lanterne salvatrice vue par ses teammates comme un véritable phare dans la nuit. Thresh a toujours brillé dans la Faille de l’Invocateur et aux quatre coins du monde, que ce soit entre les mains d’Edward, Hylissang, Bunny FuFuu, et bien évidemment MadLife, joueur coréen retraité mais surnommé à l’époque “le dieu des grappins“.

En fin de compte, Thresh et sa gueule squelettique sont sûrement une allégorie des gamers de LoL, vides à l’intérieur après avoir subi douze défaites de suite en Bronze mais qui continuent inlassablement de persévérer comme des morts-vivants aux pulsions insatiables.

© Riot Games

#1. Lee Sin

Le perso le plus beau de tout League of Legends. On a beaucoup hésité, avec les collègues, à le mettre premier, et puis on s’est maté des heures de montages Lee Sin sur YouTube et ça a fini de nous convaincre. Quand il est lock en compétition, la foule hurle systématiquement de joie, peu importe le reste. On pourrait vous parler d’InSec, de Canyon ou même d’un random OTP chinois qui nous sort des Q spells d’une autre dimension.

On n’a jamais vu autant de nécessité de skill à l’état pur : s’il gagne, c’est mérité, et s’il perd, tout autant. Tout est beau à voir dans un Lee Sin, car ses mécaniques iconiques ont été inventées par les joueurs, c’est le champion qui appartient à la communauté. Lee Sin n’a même pas eu besoin de gros rework tellement il est parfait depuis son arrivée IL Y A DOUZE ANS.

Paradoxalement, c’est le moine aveugle qui nous a ouvert les yeux sur la beauté de League of Legends. Il nous fait relancer chaque matin ce maudit launcher. Pas Merci, Lee Sin.

© Riot Games

Classement effectué en (in)intelligence collective grâce aux plumes de 4 joueurs-journalistes souhaitant rester anonymes pour ne pas avoir à supporter les DM énervés d’un quelconque OTP Warwick rageur.