AccueilInternet

Qui est Céline, la fine fleur du streamer Ponce ?

Qui est Céline, la fine fleur du streamer Ponce ?

avatar

Par Pierre Bazin

Publié le , modifié le

On s’est entretenu avec le bras droit de Ponce, "même s’il n’aime pas qu’on dise ça".

Si Céline Chappus est originaire de Grasse, born and raised, comme ils disent”, c’est bien loin de la Méditerranée et par-delà le Rhin que son aventure sur Internet a commencé. Depuis huit ans, c’est à Berlin qu’elle a posé ses valises, une ville dont elle est “tombée amoureuse” selon ses propres mots. Mais ce qui a décidé la jeune trentenaire à rester vivre dans la capitale allemande, ce n’est pas vraiment le currywurst et encore moins son premier boulot de project manager pour une plateforme de revente de véhicules d’occasion : “J’ai fait ça deux ans jusqu’à faire un petit burn out”, confie-t-elle.

À voir aussi sur Konbini

Alors, on pourrait se dire que c’est peut-être parce que c’est à Berlin qu’elle a adopté sa chienne Schatzi, son “petit trésor” (dans la langue de Goethe) pour lequel elle insiste que je note dans l’article sa “mignonitude” – c’est fait et j’avoue, c’est vrai.

La rencontre qui a changé la carrière de Céline se fait en réalité en 2011 avec Aurélien Gilles, plus connu sous le pseudo de Ponce, aujourd’hui top streamer sur la scène Twitch francophone. Ami d’ami, elle le retrouve des années plus tard à Berlin en 2018 et, quelques sandwiches plus tard, le courant passe très vite entre l’Avignonnais et la Grassoise.

Twitch, je n’y connaissais rien

À l’exception de Zoo Tycoon sur Windows 98 et d’un été passé sur Hearthstone il y a quelques années, le monde du gaming et, a fortiori de Twitch, était assez éloigné de celui de Céline. Côté web, elle était plus une consommatrice de YouTube, de la vulga ciné, en particulier. Mais pour Twitch, “c’est Ponce qui m’a initiée à tout ça”, explique-t-elle “et Fortnite ça m’a obsédée”.

Nous sommes en 2018, et le désormais célèbre Battle Royale vient d’envahir Internet, comme beaucoup de ses confrères, Ponce streame y joue beaucoup en stream. Céline se met donc à le regarder avant de commencer lentement mais sûrement à scroller la twitchosphère. “Il faut le dire, quand tu débarques sur Twitch : c’est hostile. Tu ne comprends rien.” Finalement, elle garde sa passion de visionnage de Fortnite et commence même à suivre toute la scène e-sportive de ce jeu, y compris outre-Atlantique.

“L’année dernière [2022, ndlr.], j’ai passé 1 200 heures à regarder son stream, je le vois plus souvent à l’écran !”

Selon les mots de son amie et partenaire commerciale, Ponce est “un gros geek, il joue même en off, je pense qu’il a vite compris, comme beaucoup de streamers, que le jeu vidéo allait être un ‘problème’ dans sa vie”. Mais si cet univers est resté longtemps éloigné de Céline, c’est par une toute autre passion que le lien se fait véritablement avec Ponce mais aussi avec sa communauté naissante.

C’est la cuisine qui va rassembler Ponce et Céline devant la webcam ou plutôt les lives cuisine. “Ponce prévoyait 24 heures de stream pour célébrer un palier passé et quand je lui ai demandé ce qu’il avait prévu de manger, il ne s’était pas tellement posé la question.” Tout part de là, de premières recettes en direct sur Twitch qui reviendront d’ailleurs à plusieurs moments sur la chaîne de Ponce.

C’était la période cuisine de Céline, une petite lubie qui lui vaudra même de créer une chaîne YouTube perso avec une trentaine de recettes.

“Il n’aime pas dire ‘bras droit’ je crois”

2019 est l’année où tout commence à fonctionner pour Ponce. Il part à Paris pour rejoindre la chaîne LeStream, il organise ses Ponce la Nuit, notamment celui avec Antoine Daniel. Dans le même temps, il entame un tour de France axé gaming et e-sport avec son comparse streamer Rivenzi. Une Zlan, des vlogs, des concepts, une arrivée comme chroniqueur sur la première saison de Popcorn, le talk-show de Domingo. L’audience de Ponce est en pleine croissance, mais 2020 débarque, avec dans sa valise un vilain virus qui s’appelle le Covid-19.

Si la pandémie a durement affecté la plupart des secteurs d’activité, pour le streaming c’est tout l’inverse. À l’instar de tous ses confrères streamers, l’audience de Ponce explose alors que tout le monde reste cloîtré chez lui – c’est d’ailleurs à ce moment-là que je l’interviewe à distance.

Tandis que Céline me relate toute la carrière de Ponce avec la précision et l’exhaustivité d’une biographe, je l’arrête quelques secondes : “On est là pour parler de toi !” “Ah oui c’est vrai, je sais ! [rires], répond-elle.

Mais si Céline apparaît de plus en plus en live pour jouer avec Ponce et est de plus en plus connue des “fleurs” (le nom des viewers du streamer), c’est quelques années plus tard que tout change. Tout concorde bien, alors qu’elle n’en peut plus de son travail, “travailler dans l’automobile quand tu n’as pas le permis, c’est quelque chose quand même”, Ponce lui propose de venir travailler pour lui directement.

C’est ainsi qu’en août 2021, elle commence ses missions pour la Ponce Corp, d’abord principalement sur la gestion administrative et les partenariats commerciaux. Cela concerne également la gestion de la boutique de vêtements, du jeu quiz du Maître des fleurs développé par la Ponce Corp ou encore des équipes de “modérafleurs” (les modérateurs de la chaîne Twitch de Ponce).

“Je crois qu’il n’aime pas qu’on dise ‘bras droit’ mais franchement, c’est ça !” résume-t-elle. “Mais on peut dire cheffe de projet aussi !” Et des projets, il y en a de plus en plus, des “streams évènements”, des lives spéciaux qui vont de la pétanque à plus récemment un concert au Bataclan pour le lancement du label musical Floral Records.

“J’ai toujours eu un attrait pour la scène”

Si Céline est très heureuse du bon déroulé du live musical depuis le Bataclan, ce n’était pas sa première scène, loin de là. À Berlin toujours, elle y a fondé avec ses amies Melida et Linda le Baguette Comedy Club, premier espace dans la capitale allemande dédié à l’humour francophone. “J’ai même fait du stand-up moi-même, j’ai grandi avec Florence Foresti, Ali Wong à l’international aussi.” D’ailleurs, en live Twitch avec Ponce ou sur une scène, elle y est tout aussi à l’aise. “La différence, c’est que le live ça ressemble plus à de l’impro !

Aujourd’hui avec ses comparses, elles veulent promouvoir des talents à l’humour différent, plus rassembleur : “Dans le genre, j’adore Yacine Belhousse par exemple”. Mais le Baguette Comedy Club a déjà accompagné quelques grands noms de l’humour comme Shirley Souagnon.

“C’est important de mettre les meufs en avant”, explique-t-elle, et que ce soit le gaming, le stand-up, ou encore avant l’automobile, Céline a beaucoup évolué dans des milieux majoritairement masculins. “Ça ne m’a jamais dérangé, j’ai eu la chance d’avoir reçu une éducation par ma mère qui fait que je n’ai limite jamais trop pensé aux rôles genrés qu’on nous impose”, dit-elle, tout naturellement.

“Ça me fait rire quand il y en a qui insultent Ponce en pensant qu’il dit des trucs progressistes pour être ‘bien vu’. Ben non, il est vraiment comme ça, il n’y a aucune hypocrisie.”

Sur les valeurs de tolérance, les deux amis sont parfaitement accordés mais l’assurance de Céline, sur scène comme dans l’ombre se retrouve aussi dans sa relation professionnelle avec son “boss” comme elle aime le surnommer. “Aurélien, c’est mon ami mais ce n’est pas dérangeant pour bosser ensemble, au contraire même, au moins on se dit vite les choses, hop un DM Discord et pas de chichi.” Elle n’hésite pas à glisser un mot pour reconnaître le caractère bosseur du streamer, qu’on ne voit pas toujours. “Il fait du 60 heures/semaine, il a la niaque”, lâche-t-elle.

Fière de l’ombre

“Je n’ai jamais été vraiment fière, quand les choses se passent bien j’estime que c’est normal”. Derrière l’humilité flagrante de Céline, on y devine presque une forme de nihilisme, elle le confirme : “Une fois, une DRH m’a dit : ‘Tu sais, les cimetières sont pleins de gens indispensables mais le monde continue de tourner’.”

Sans se qualifier d’indispensable donc, elle se sent néanmoins “responsable si ça foire”. Lorsqu’on l’interroge sur la suite, Céline semble avoir plein d’idées en tête mais elle continue d’aimer l’écosystème Twitch, véritablement unique sur Internet pour elle. “Twitch a tellement évolué en quelques années, des journalistes comme Samuel Étienne qui débarquent, suivis des twittos comme Amine et Billy, sans compter les youtubeurs !”

Ces changements, elle les explique très pragmatiquement : “Quand tu es un twittos, tu ne gagnes rien, quand tu es un petit youtubeur tu gagnes très peu alors que même si tu es un petit-moyen streamer, tu te fais déjà un peu d’argent.” Elle se dit aussi avoir été fatiguée par “la course au mieux” sur YouTube, les arrivées de contenus ultra-produits. “Il y a un retour aux choses simples sur Twitch, c’est pour ça que j’aime bien regarder, participer, parler avec les viewers, etc.”

Évidemment tout n’est pas rose (ou plutôt violet), certains moments ou “dramas” (elle insiste sur les guillemets) l’ont un peu déçue, voire parfois dégoûtée comme lorsque Ponce s’est pris du harcèlement gratuit pour avoir lui-même dénoncé le harcèlement.

Mais rien ne semble pouvoir décourager Céline. “Je me projette peu à court terme”, conclut-elle sur la suite même si, par exemple, l’envie de partir en long voyage tout en travaillant à distance la titille pas mal. Pour le reste, Céline souhaite poursuivre ses multiples projets, de la comédie au stream en passant par toutes les opportunités qui se présenteront. “J’aurais aussi aimé être une célèbre actrice hein, mais je crois que la gestion de projets ça me correspond aussi très bien !”

N’hésitez pas à suivre Céline sur Insta.