AccueilNews

Pécresse a besoin de thunes : le grand n’importe quoi des réseaux sociaux

Publié le

par Astrid Van Laer

"Valérie Pécresse s’est endettée à hauteur d’un PDF de quinze pages de McKinsey…"

Pécresse a besoin de thunes : le grand n’importe quoi des réseaux sociaux

© Capture d’écran Twitter

“Je suis endettée personnellement à hauteur de 5 millions d’euros”, a déclaré la candidate des Républicains Valérie Pécresse à l’issue du premier tour du scrutin dimanche, dont elle est sortie perdante, et de loin. Comme tous les candidats ayant recueilli moins de 5 % des suffrages exprimés, elle ne pourra par conséquent pas se faire rembourser ses dépenses de campagne électorale.

Mais si elle n’est pas la seule à avoir lancé un appel aux dons – Yannick Jadot a lui aussi notamment fait appel à la générosité de ses soutiens –, c’est sa démarche en particulier qui a hérissé le poil des internautes. Un certain Jérôme Kerviel, qui s’y connaît en dettes, l’a notamment interpellée. Petit florilège des meilleures réponses.

Chargement du twitt...

Chargement du twitt...

Chargement du twitt...

Chargement du twitt...

Chargement du twitt...

Chargement du twitt...

Chargement du twitt...

Chargement du twitt...

Chargement du twitt...

Chargement du twitt...

Chargement du twitt...

Chargement du twitt...

Chargement du twitt...

Chargement du twitt...

Chargement du twitt...

À voir aussi sur Konbini :