AccueilNews

La Fnac retire un jeu de société “antifa” face aux critiques d’un syndicat de police et du RN

Publié le , modifié le

Par Konbini

Interpellée sur les réseaux, l’enseigne a décidé de décommercialiser un jeu créé par un site antifasciste.

La Fnac retire un jeu de société “antifa” face aux critiques d’un syndicat de police et du RN

Mise-à-jour au 30/11/2022

La Fnac a annoncé le retrait de ses rayons d’un jeu de société créé par un site antifasciste après des critiques sur Twitter d’un syndicat de police et de plusieurs élus du Rassemblement national.

“Nous comprenons que la commercialisation de ce jeu ait pu heurter certains de nos publics. Nous faisons le nécessaire pour qu’il ne soit plus disponible dans les prochaines heures”, a écrit la Fnac dimanche sur son compte Twitter officiel en réponse au Syndicat des commissaires de la Police nationale (SCPN).

Chargement du twitt...

À voir aussi sur Konbini

Dans la boutique en ligne de la Fnac, la page du jeu n’était plus accessible lundi dans la matinée, même si le jeu était encore affiché dans les résultats de recherche, a constaté l’AFP.

Le SCPN avait critiqué le distributeur pour “mettre en avant les antifas, qui cassent, incendient et agressent dans les manifestations”.

Plusieurs élus RN ont également interpellé la Fnac sur Twitter et se sont félicités lundi du retrait du jeu créé par le site La Horde et édité par les éditions Libertalia.

Ces dernières ont dénoncé des “allégations mensongères émanant de l’extrême droite puis des forces de répression” qui ont entraîné le retrait d’un “outil de formation conçu par La Horde et Libertalia”.

“Vous ne nous ferez pas taire !”, a ajouté l’éditeur sur Twitter.

Chargement du twitt...

Sur son site internet, Libertalia présente Antifa le jeu comme “un jeu de simulation et de gestion dans lequel vous faites vivre un groupe antifasciste local” en mettant en place des “actions qui vont vous demander du temps, des moyens, et un peu d’organisation”.

Plusieurs internautes ont depuis interpellé la Fnac, dénonçant une censure à deux vitesses. L’enseigne est notamment critiquée pour avoir commercialisé le livre Le grand remplacement de l’écrivain d’extrême droite Renaud Camus. Pour rappel, le terroriste Brenton Tarrant qui avait assassiné quarante-neuf personnes en 2019 à Christchurch (Nouvelle-Zélande) s’était dit s’être “inspiré” de cet ouvrage.

Chargement du twitt...

Depuis l’écriture de cet article, les éditions Libertalia ont annoncé que le jeu était en rupture de stock et qu’une réédition serait bientôt disponible. La Fnac a annoncé de son côté, qu’après avoir enquêté sur le jeu, elle mettrait à nouveaux dans ses rayons le jeu “Antifa”

Article mis à jour le 28 novembre à 16 h 50

Chargement du twitt...