Moha La Squale, accusé de violences, désormais visé par la cour d’appel de Paris

Moha La Squale, accusé de violences, désormais visé par la cour d’appel de Paris

Image :

© Daniel Pier / NurPhoto via AFP

photo de profil

Par Konbini avec AFP

Publié le

Le rappeur est accusé de séquestration et de violences par six femmes.

La cour d’appel de Paris se prononcera le 21 mai sur des recours concernant le procès ordonné contre le rappeur Moha La Squale pour des violences physiques sur d’anciennes compagnes, a appris mardi l’AFP de sources proches du dossier.

À voir aussi sur Konbini

La chambre de l’instruction de Paris a étudié mardi les recours formés par deux ex-compagnes contre l’ordonnance du 14 mars renvoyant l’artiste, Mohamed Bellahmed pour l’état civil, pour violences par conjoint ou séquestration commises sur six femmes entre 2017 et 2021.

L’ordonnance avait en revanche prononcé un non-lieu pour les accusations de viol et d’agression sexuelle dont cet homme de 29 ans, en détention provisoire, faisait l’objet de la part de deux d’entre elles.

Appel

Deux des ex-compagnes avaient fait appel de l’ordonnance, demandant l’une que Moha La Squale soit également jugé pour tentative de meurtre, l’autre qu’il soit jugé pour agression sexuelle.

L’avocat de cette dernière, Me Fabien Guilbaud, a indiqué à l’AFP avant l’audience que sa cliente “a dénoncé ces faits depuis sa première plainte et les a confirmés au cours de quatre auditions de manière très précise”.

“Il est important que sa parole soit également entendue pour ces faits de violences de nature sexuelle”, a-t-il ajouté. Selon les sources proches, l’autre ancienne compagne demandait que des faits considérés par l’instruction comme des violences soient requalifiés en tentative de meurtre.

Sollicitée, l’avocate de Moha La Squale, Me Elise Arfi, a indiqué à l’AFP qu’elle avait plaidé la confirmation de l’ordonnance de renvoi.

Le parquet général près la cour d’appel de Paris a de son côté requis, d’après les sources proches du dossier, que Moha La Squale soit bien jugé, outre les violences physiques, pour agression sexuelle, comme le souhaite la première des appelantes. Le ministère public a toutefois prôné l’irrecevabilité du recours de la seconde sur la tentative de meurtre.

Rappel des faits

En juin 2021, le rappeur avait d’abord été mis en examen pour une agression sexuelle et des violences sur d’ex-compagnes. En juillet 2022, il avait aussi été mis en examen pour viol. En “l’absence d’élément matériel venant étayer” cette dernière accusation, la juge d’instruction a décidé de rendre un non-lieu sur ce volet.

Dans son ordonnance, elle retenait en revanche contre Mohamed Bellahmed “des violences psychologiques caractérisées à l’encontre de ses compagnes”, accompagnées parfois de “passages à l’acte physiques” avec “gifles, tirage de cheveux, étranglements ou encore étouffements avec un oreiller”.

L’intéressé, révélé en 2018 avec le succès de son premier album Bendero et ses clips aux millions de vues, s’était défendu sur le réseau social X/Twitter contre ce qu’il qualifie de “complot”, assurant n’avoir “jamais au grand JAMAIS levé la main sur une femme”.