AccueilPop culture

On vous présente les 22 jeunes talents qui vont tout casser en 2024

Talents of tomorrow 2024 by Konbini

On vous présente les 22 jeunes talents qui vont tout casser en 2024

Image :

© @worldwidezem/Konbini

Une série de 22 portraits sur des pépites émergentes francophones dans tous les domaines de la culture, à lire sur notre site.

Depuis quinze ans, on reçoit des artistes et personnalités mondialement connu·e·s de la pop culture, mais on a aussi à cœur de spotter les talents émergents dont les médias ne parlent pas encore. En 2024, après une première édition des Talents of tomorrow, on repart en quête de la relève.

À voir aussi sur Konbini

La rédaction de Konbini vous propose une série de portraits sur les étoiles de demain, qui vont exploser cette année. Des personnalités jeunes et francophones qu’on vous invite à suivre et soutenir dès maintenant. Découvrez sans plus attendre la liste des Talents of tomorrow 2024 by Konbini, une série de 22 portraits à lire sur notre site.

Caliste

© @worldwidezem/Konbini

Quand à 17 ans, on dit déjà de vous que vous êtes un “petit génie” et que votre prénom signifie “le plus beau”, vous pourriez vite prendre la grosse tête. Ce n’est pourtant pas le cas de Caliste. Tout en humilité, le jeune prodige de la Karmine Corp a déjà fait ses preuves sur la scène compétitive e-sport de League of Legends.

Marguerite Thiam

© @worldwidezem/Konbini

Avant d’être quoi que ce soit d’autre, Marguerite Thiam est éminemment artiste. Elle ne s’autodiagnostique ni chanteuse ni actrice ni réalisatrice, mais c’est bien dans les mondes du septième art et de la musique qu’elle s’impose ces dernières années. À 23 ans, elle fait déjà mouche sur un tout premier disque de morceaux impudiques qui dissèque l’enfance et l’adolescence, et en profite pour mettre un crochet en pleine face à la chanson française.

Silvano Coltro

© @worldwidezem/Konbini

Silvano Coltro, 25 ans, est un symbole de changement, à son échelle. En tant que mannequin plus-size, label qu’il revendique de façon politique, le jeune Belge a conscience de sa plateforme et compte bien s’en servir pour qu’on n’ait plus à débattre de la présence de certains corps sur les podiums. Silvano Coltro évolue dans le milieu avec comme seule inspiration lui-même, conséquence d’une absence cruelle d’icônes grosses masculines dans le monde de la mode, mais également dans l’espace médiatique global.

Sonia Faïdi

© @worldwidezem/Konbini

Petite, Sonia Faïdi était du genre touche-à-tout. Ses parents l’inscrivent au karaté, à la poterie, au violon, à la peinture, à la natation et même au golf. Mais c’est le théâtre qui va changer tout son parcours. Toute sa vie, elle restera fascinée par le jeu, les textes classiques, l’improvisation. Pendant sa licence d’info-com, elle prend les cours du soir du Cours Florent, puis rentre en classe libre à 21 ans.

Le commun des mortels a découvert Sonia Faïdi cette année, que ce soit dans sa première série Caro Nostra, ou son premier film Avant que les flammes ne s’éteignent — pour lequel elle est présélectionnée en Meilleur espoir féminin aux César 2024. Et ce n’est que le début d’une carrière qu’on sait d’avance fructueuse et riche.

Cocotte

© @worldwidezem/Konbini

À 23 ans, Arianne, aka “Cocotte”, est une flèche montante de l’Internet francophone. Fraîchement débarquée du Québec, elle a conquis un tout nouveau public français avec sa chaîne YouTube et ses lives Twitch. Cocotte est de cette nouvelle génération de créatrices de contenu, tout en humour et en bienveillance.

Carlota Dudek

© @worldwidezem/Konbini

B-girl Señorita Carlota est une jeune danseuse et athlète de 21 ans qui fait partie de l’équipe de France de breaking. La jeune prodige danse depuis qu’elle a 6 ans et cet art a rapidement été une évidence pour elle, son plan A. À travers le breakdance et la culture hip-hop, Carlota a su trouver un espace d’empowerment, dans lequel elle peut incarner sa féminité sans crainte et affirmer sa culture cubaine dans ses mouvements. Aujourd’hui, elle rêve de se qualifier aux Jeux olympiques 2024, où la pratique fera ses débuts pour la première fois dans l’histoire de la compétition.

TH

© @worldwidezem/Konbini

TH fait partie de ce vivier d’artistes qui ne s’expriment que par leur musique. Une musique logiquement spontanée, qui raconte aussi bien son quotidien de mec de Bondy, que ses bribes de mélancolie. On saupoudre tout ça d’un univers plutôt sombre et menaçant, et ça nous donne l’un des prospects les plus fascinants de 2024.

Dünya Boukhers

© @worldwidezem/Konbini

Dünya Boukhers a beau s’être fait virer de son bac pro couture, cela ne l’a pas empêchée de monter sa marque, Isisdünya, seule, pour créer les représentations qui lui ont manqué plus jeune. Celle qui a toujours vu l’habillement comme un moyen d’exprimer sa personnalité autant que ses valeurs a à cœur de partager sa passion et sa vision pour “rendre les gens le plus frais possible”.

En plus de faire évoluer sa marque, prolongement d’elle-même, Dünya Boukhers orchestre plusieurs fois par an son Kif Kif Market en région parisienne. Le marché met à l’honneur artistes et associations afin de les aider à créer leur propre place, selon leurs propres codes.

Zac Gannat

© @worldwidezem/Konbini

Il y a les chefs qui aiment les projecteurs, qui brillent, qui bombent le torse, et il y a ceux qui s’excuseraient presque d’être là. À Paris, le jeune chef Zac Gannat est de ceux qui n’aiment pas vraiment prendre la lumière et encore moins faire passer leur visage avant leurs assiettes. Depuis la cuisine-comptoir de Lolo Bistrot (à Paris, 9e), Zac Gannat, sensible et autodidacte, façonne une cuisine expérimentale, poétique dans sa brutalité, fragile et assumée, qui trouve ses racines dans l’audace et l’impertinence d’une scène culinaire londonienne “punk” et casse-cou.

Allan Petre

© @worldwidezem/Konbini

Quand Allan parle à ses profs de son rêve d’intégrer la Nasa, ils l’avertissent que ce sera compliqué. Pourtant, aujourd’hui, du haut de ses 24 ans, il est embauché en tant qu’ingénieur aérospatial au Jet Propulsion Laboratory, un prestigieux centre de recherche. C’est une victoire pour cet habitant de Villemomble (Seine-Saint-Denis) qui a surmonté des heures de transports et un petit boulot pour intégrer son école d’ingé. C’est un parcours inspirant et encore, ce n’est que le début…

Mounia Nassangar

© @worldwidezem/Konbini

Elle a commencé à danser dans sa chambre, en secret, et depuis, vous l’avez vue dans Climax, dans le Fashion Freak Show de Jean Paul Gaultier, dans le clip de Travis Scott, “Modern Jam”, ou encore dans celui d’Aya Nakamura, “SMS”. Mounia Nassangar est une figure incontournable du waacking dans le monde mais elle ne fait pas que danser : elle chorégraphie, elle joue, elle pose, et elle dirige sa propre compagnie de danse, la cie.nassangar.

En 2024, vous allez entendre parler d’elle, puisqu’elle bosse en ce moment sur son premier court-métrage et sur sa première création, Stuck, qui se jouera en France, au Danemark, aux Pays-Bas. Il lui faudrait plusieurs vies, “comme le phénix”, pour avoir le temps de tout danser.

Ruby Mazuel

© @worldwidezem/Konbini

À 25 ans, Ruby Mazuel donne un visage et une représentation publique à une profession qui fait rêver beaucoup de monde, mais dont on ne sait finalement pas grand-chose. À travers ses maquillages inspirés des codes seventies à la fois chics et intemporels, la Parisienne laisse exprimer son art en s’inspirant de celui des autres, des peintures de Mark Rothko au cinéma de Jacques Demy, avec une mission simple : mettre toutes les femmes dans la lumière.

Julia de Nuñez

© @worldwidezem/Konbini

De ses parents libraire et journaliste, Julia de Nuñez a hérité d’une culture qui lui a certes servi pour la série Bardot dont elle tient le rôle-titre, mais qui l’a aussi isolée de ses pair·e·s. Jamais les mêmes références que ses camarades, mais un appétit sans borne pour les films de la Nouvelle Vague, d’Orson Welles ou d’Alfred Hitchcock. Mauvaise élève, de son propre aveu, de la maternelle au bac, elle se rêve en intello assise au premier rang dans l’amphi. Mais la mélancolie l’emporte et l’appel du théâtre, un art qu’elle pratique depuis petite, est plus fort que tout le reste.

À seulement 23 ans, elle porte sur ses frêles épaules le poids de ce rôle iconique qu’est celui de Brigitte Bardot. C’est un personnage qu’elle a habité avec passion et qu’elle a quitté sans plus de cérémonie. Car du haut de son jeune âge, Julia de Nuñez a les pieds bien ancrés dans le sol. Seul compte le présent, car l’avenir est trop incertain. En janvier et février, elle enchaînera deux tournages de films : Héro(s) d’Élie Chouraqui, et La Réparation de Régis Wargnier.

Lou Trotignon

© @worldwidezem/Konbini

Enfant renfermé et timide, Lou Trotignon a trouvé sa voix (et plus tard sa voie) en commençant le théâtre à l’âge de sept ans. Très tôt, lui qui adorait faire le clown à la maison, a compris le pouvoir réconfortant du rire et mate en boucle les sketchs de Jamel Debbouze. Après un passage express à Sciences Po Paris – l’ambiance ultra-sexiste et les amphis bondés d’étudiants qui s’autoproclament “l’élite de la nation” l’ont assez vite dégoûté –, il se lance dans un cursus en philosophie de l’art.

La philo le jour, et la nuit, il se lance brièvement dans le strip-tease. Lui qui s’est toujours questionné sur son genre voulait mettre sa féminité à l’épreuve du male gaze. La validation qu’il cherchait ne viendra pas, mais il aura en revanche la confirmation que son identité queer est ailleurs. Aujourd’hui, avec sa barbe naissante et une mammectomie dont il parle fièrement dans son spectacle baptisé Le Mérou, Lou Trotignon nous invite à rire avec lui, à réfléchir aussi, et à s’émouvoir surtout.

Jolagreen23

© @worldwidezem/Konbini

En débarquant dans le rap en 2021, Jolagreen23, Jorghen de son vrai prénom, était loin d’imaginer le destin qui allait lui être confié. Il arrête les études seulement au début de l’année 2023, une semaine avant la sortie de son premier projet. Rappeur plus que prometteur, JO’ est en train de changer de sphère, bien aidé par son talent hors du commun, par la chance qu’il estime lui-même avoir et par son équipe, à qui il donne une importance considérable. “Je suis bien entouré, on a ce qu’il faut pour le combat.”

L’année 2023 était numérologiquement une année propice à la réussite de Jolagreen23, mais le rappeur de Bois-Colombes ne compte pas ralentir la cadence en 2024.

Mejdi Schalck

© @worldwidezem/Konbini

De Montreuil à Grenoble, en passant par Chambéry, de grimper aux arbres étant enfant à devenir vice-champion du monde d’escalade en bloc, tout dans la vie de Mejdi Schalck le prédestinait à devenir un crack de la grimpe. À 19 ans, il fait déjà partie de l’élite de son sport, qu’il veut marquer de son empreinte en remportant l’or olympique à Paris.

Édouard Sulpice

© @worldwidezem/Konbini

Il crevait l’écran et nous crevait de rire dans son premier film, l’excellente comédie de vacances À l’abordage dans laquelle, sous la caméra de Guillaume Brac, il interprétait un chauffeur BlaBlaCar malgré lui et fils à maman assumé. Grand écart, à l’été 2022, on le retrouvait sur la scène du Festival d’Avignon dans le jogging d’Anthony, 14 ans, le héros du roman à succès de Nicolas Mathieu, Leurs enfants après eux.

Entre-temps, Édouard Sulpice a interprété, avec une régularité remarquable, de nombreux seconds rôles qui toujours ont fait mouche et partage son temps entre théâtre et cinéma. Avec son physique de jeune premier et son humour décalé, on l’imaginerait bien emboîter le pas à Raphaël Quenard dans sa fulgurante ascension.

Yoann Vornière

© @worldwidezem/Konbini

À 30 ans, Yoann Vornière débarque dans le game des mangakas français·es par la grande porte. Cette année sort le tome 2 de son manga, Silence, un shōnen post-apocalyptique qui raconte l’histoire de Lame, un héros qui s’accomplit dans un monde sans soleil. Langue des signes et duels contre des monstres du folklore français, Yoann et Silence vont faire parler d’eux en 2024.

Angie

© @worldwidezem/Konbini

Vous cherchiez un rayon de soleil ? On vous présente Angie. Entre chanson et rap, elle peut aussi bien revêtir son déguisement de bad bitch comme tenir à sa réputation “d’amoureuse de l’amour”. Monter sur scène devant des milliers de personnes, c’est ce qu’elle veut faire depuis son plus jeune âge. Vu son talent et la passion qu’elle met dans son art, on a envie de dire que c’est fatalement sa destinée.

Le Filip

© @worldwidezem/Konbini

Avec un père qui jouait du Pink Floyd à la guitare, et une mère qui lui faisait découvrir les films de Jacques Tati, l’éveil culturel de Le Filip a très tôt été placé sous le signe de l’éclectisme. Quand il arrive en France, le jeune Croate apprend le français devant des sketchs de Florence Foresti, Anne Roumanoff et Élie Semoun.

S’il a toujours eu un goût pour le déguisement et le théâtre, c’est en voyant RuPaul, et le documentaire Paris is Burning sur YouTube qu’il a voulu faire du drag son métier. Depuis, les effluves du parfum de Le Filip viennent envelopper les nuits parisiennes, et son humour irrévérencieux laisse des traces. Tout le monde s’étonne de son absence dans Drag Race France… En attendant, c’est sur les planches qu’il, ou elle (ou les deux à la fois !), continue de briller au Bizz’art dans son cabaret LIPTEASE.

Féris Barkat

© @worldwidezem/Konbini

À seulement 21 ans, Féris Barkat s’est imposé comme une figure incontournable de la lutte écologique en France. Cofondateur de l’association Banlieues Climat avec Sanaa Saitouli et Abdelaali Al-Badaoui, il confie s’être intéressé aux questions écologiques parce qu’il n’a “pas eu le choix”, placé face à leurs conséquences concrètes dans les quartiers : “Ça touche nos vies, nos vulnérabilités, il y a des gens qui meurent tout simplement.” Refusant la starification, l’essentialisation et l’individualisme, il aide des jeunes à se former et à collaborer pour créer des mouvements conscients et accessibles qui font bouger les lignes.

aupinard

© @worldwidezem/Konbini

S’il devait se présenter en une phrase, aupinard dirait de lui qu’il est “un jeune homme de 21 ans amoureux de musique, de bossa-nova et de R&B”. Il joue de la guitare depuis qu’il a 12 ans, mais c’est en 2020, pendant le confinement, que la musique a commencé à prendre une place centrale dans sa vie. aupinard puise ses inspirations dans une large palette d’artistes : de João Gilberto, à D’Angelo en passant par Erykah Badu ou encore Luidji.

Il fait partie de la nouvelle génération d’artistes de R&B francophones qui gagnent du terrain dans le paysage musical français et ça fait du bien. Il a connu un premier succès en 2021 avec son titre “c’est tout moi” et, deux ans plus tard, il a confirmé qu’il était là pour rester avec son giga-hit “quel type de vibe”, un énorme succès qui nous a fait bouger la tête tout l’été.