Saviez-vous que des épreuves artistiques faisaient partie des JO à une époque ?

Saviez-vous que des épreuves artistiques faisaient partie des JO à une époque ?

Image :

© Tim Chow/Unsplash ; © Tom Spross/Unsplash

À vos pinceaux, prêt·e·s, peignez !

Et nous voilà arrivant en plein dans la période tant attendue (ou pas) des Jeux olympiques. Bien que cette fois-ci ils se déroulent à Paris – ce qui n’était pas arrivé depuis cent ans –, les catégories ne sont pas les mêmes qu’il y a un siècle, perdant l’architecture, la peinture, la sculpture, la musique ou encore la littérature.

À voir aussi sur Konbini

Parce que oui, il existait bel et bien des catégories artistiques lors des Jeux olympiques. “Entre 1912 et 1948, 150 médailles ont été décernées dans ces domaines”, rapporte Beaux Arts Magazine. Entre lancers de javelot et coups de pinceau, les participant·e·s comme les visiteur·se·s ne voyaient aucun inconvénient à ce que le sport et l’art se mélangent. C’est Pierre de Coubertin, ancien président du Comité international olympique, qui avait tenu à ce que toutes ces pratiques s’associent. Il “entendait ainsi retrouver l’idéal antique ‘mens sana in corpore sano’ (un esprit sain dans un corps sain)”, cite Le Journal des Arts.

Seule contrainte : les œuvres devaient être en lien avec le sport. Les artistes avaient donc pour obligation d’illustrer les pratiques de leurs confrères et consœurs de Jeux olympiques. C’est le peintre luxembourgeois Jean Jacoby qui a remporté une médaille d’or pour son triptyque Étude de Sport “comprenant trois tableaux dont Corner – Football, Départ-Athlétisme et Rugby, toujours selon Beaux Arts Magazine.

Face à l’annonce de la catégorie breakdance durant les Jeux olympiques qui se tiendront du 26 juillet au 11 août 2024, c’est à se demander si l’art ne prendrait pas à nouveau place au sein de l’organisation de l’événement. Bonne ou mauvaise idée ? C’est à vous de voir. Nous, on s’est déjà fait notre idée et on trouve ça génial.