AccueilPop culture

TH, rappeur “macabre” qui a pour mission le renouveau de la trap en France

Talents of tomorrow 2024 by Konbini

TH, rappeur “macabre” qui a pour mission le renouveau de la trap en France

Image :

@worldwidezem / Konbini

avatar

Par Timothée Van Poecke

Publié le

Une manière de rapper comme personne d’autre. Portrait d’un passionné aux allures d’ovni.

Depuis quinze ans, on reçoit des artistes et personnalités mondialement connu·e·s de la pop culture, mais on a aussi à cœur de spotter les talents émergents dont les médias ne parlent pas encore.

À voir aussi sur Konbini

En 2024, après une première édition des Talents of tomorrow, on repart en quête de la relève. La rédaction de Konbini vous propose une série de portraits sur les étoiles de demain, qui vont exploser cette année. Des personnalités jeunes et francophones qu’on vous invite à suivre et soutenir dès maintenant.

© @worldwidezem/Konbini

Portrait. TH fait partie de ces rappeurs mystérieux, qui s’expriment peu et dont on ne sait que ce qu’ils racontent à travers leurs morceaux. En 2021, alors qu’il se cherche et affine petit à petit son style, il donne une interview pour le site web de Booska-P. C’est l’unique prise de parole de sa carrière et les seuls indices laissés sur son passage, notamment depuis la confection de SIGNAL en 2023, le projet qui signera la direction artistique du rappeur et son envie définitive de ne s’exprimer qu’en musique.

Cette décision, elle est finalement logique quand on s’intéresse au personnage à la fois simple et complexe de TH. Si quelqu’un vous parle de lui, impossible qu’il n’emploie pas le mot “macabre” à un moment de votre discussion. C’est l’adjectif qui revient le plus quand il est l’heure de détailler son œuvre et, forcément, cet univers sombre se marie parfaitement avec celui du mystère. TH, c’est finalement un peu comme le méchant dans les films, et ça lui va bien.

Chargement du twitt...

C’est ce qui saute aux yeux depuis les débuts de TH : la noirceur de son monde. D’après ses dires sur Booska-P, c’est à l’âge de 17 ans qu’il publie son premier clip sur YouTube, accompagné par Magass140, un autre rappeur de Bondy. Il est difficile de retrouver des traces de cette époque, TH s’affirme plus fort à partir de 2020. C’est à ce moment-là qu’il dévoile notamment “Semi-Auto” qu’il interprétera au Planète Rap de son ami de Bondy, Diddi Trix, ou encore “24H du Mans” qui deviendra fatalement son premier clip en solo. “On a vendu le shit, on a vendu la coco, on a quitté l’école” est la première punchline de “Semi-Auto” et quand on voit les couleurs et les propos de “24H du Mans”, le ton est rapidement donné.

Ce qui va populariser le terme “macabre”, c’est aussi la série de freestyles du même nom que l’artiste lance à ce moment-là. “Taga“, “Cheval“, “Fédéraux” et “Nasser” s’enchaînent en même temps que le style du rappeur s’affine. À l’époque, la suite logique aurait été la sortie d’un projet, mais TH a préféré s’entraîner dans la Salle de l’Esprit et du Temps. C’est en 2023 que quelque chose se passe. De gros clips vont sortir et l’aisance particulière de l’artiste va finalement se faire remarquer. On a parlé de noirceur mais ce qui dénote presque le plus chez TH, c’est son flow. Il n’a jamais eu l’air aussi spontané dans sa musique et c’est l’une des raisons qui en font un rappeur fascinant.

Cette manière de rapper en toute nonchalance, comme si c’était lui qui dictait la musique, c’est l’une de ses grandes marques de fabrique. Chez les non-convaincus, ça peut sonner faux à l’oreille, tandis que chez les fans, ça va rapidement crier au génie. Vous le savez peut-être mieux que nous, mais aujourd’hui, être un artiste émergent et exister sans être clivant, c’est compliqué. TH entre tout à fait dans ce spectre potentiellement déroutant, mais comme son ami Stavo aime le dire chez Yard : “Ça va prendre du temps pour qu’ils comprennent, mais… Ils vont comprendre”.

Toutes les qualités qu’on remarque chez TH en 2023, c’est comme le lancement d’une deuxième carrière pour lui. C’est maintenant le bon moment pour sortir un projet, alors il dévoile petit à petit SIGNAL, un EP de six titres mettant bien en avant toutes les qualités de l’artiste.

© @worldwidezem/Konbini

Au-delà de ses placements, ce sont aussi ses textes qui marquent par leur spontanéité. Quand on écoute sa musique, on écoute un jeune du 93 racontant son quotidien et les problèmes qui l’accompagnent. C’est une recette que vous connaissez certainement déjà si vous êtes un auditeur de rap, mais avec TH, tout est plus brut. Dans la “saleté” comme dans les beaux et tristes moments de la vie, il est toujours chirurgical. En quelques mots, TH saura vous parler de la pire de ses crasses ou de la plus belle chose qui lui soit arrivée durant son existence. Quand certaines punchlines sont bêtes et méchantes, d’autres arrivent à être particulièrement touchantes.

Ce sont toutes ces qualités qui font de TH un ovni dans le paysage rap francophone et qui le définissent comme un de ceux qui remettent au goût du jour la trap en France. D’une certaine manière, c’est lui-même qui se donne ce statut puisqu’au mois de décembre, il s’est fait tatouer “e-trap” dans le cou.

“E-trap”, en référence à la trap qu’il cherche à illuminer, mais aussi pour son attrait pour les nouvelles technologiques. TH est un malade d’intelligence artificielle et de technologies robots et ça se ressent dans ses textes. Son titre “ROBOT CHIEN”, sa punchline “L’IA vivra plus que toi, tu verras” dans le morceau “EUROSTAR”… Il ne faut pas aller très loin pour remarquer son appétence. En tout cas, surtout après ce beau tatouage, on s’attend au développement prochain de cette lubie.

© @worldwidezem/Konbini

Dernier élément à souligner chez TH et qui en fait un contender très sérieux pour 2024, c’est sa connexion avec ses confrères rappeurs et avec l’industrie musicale. TH n’est pas un inconnu et loin de là. Validé par Alpha Wann, poussé par Stavo, mis en avant par Ikaz Boi à travers son projet BRUT4L, encouragé par Rowjay, accompagné par Diddi Trix… TH a clairement les bons contacts.

Avec de telles connexions, on imagine ce qui peut potentiellement se passer au studio et franchement, ça fait rêver. Voir le renouveau de la trap en France collaborer avec ceux qui ont participé à son évolution, c’est juste beau et c’est tout ce qu’on souhaite à un charbonneur comme TH.

Chargement du twitt...

Les recos de TH

  • Un animé : Death Note de Tsugumi Ōba et Takeshi Obata.
  • Un film : Les Huit Salopards (2015) de Quentin Tarantino.
  • Un album : Scarface d’Afrique d’Alpha 5.20.
  • Une série : Black Mirror (saison 4, épisode 5) de Charlie Brooker.

Vous pouvez suivre TH sur Instagram et stream sa musique sur toutes les plateformes.