AccueilSociété

Deux enquêtes ouvertes après la mort d’un adolescent de 17 ans suite à une course-poursuite avec la police

Deux enquêtes ouvertes après la mort d’un adolescent de 17 ans suite à une course-poursuite avec la police

Image :

© Xose Bouzas/Hans Lucas via AFP

avatar

Par Konbini avec AFP

Publié le , modifié le

Une affaire qui rappelle forcément le drame avec Nahel l’été dernier.

Un adolescent de 17 ans est décédé samedi des suites d’un accident de scooter en Seine-et-Marne consécutif à un refus d’obtempérer, un drame qui survient après la mort de plusieurs jeunes ces derniers mois dans des courses-poursuites avec la police. Le jeune mortellement blessé dans l’accident est le passager du deux-roues dont le conducteur, également âgé de 17 ans, était toujours hospitalisé samedi soir, avec son pronostic vital engagé, selon les informations transmises par le parquet de Meaux.

À voir aussi sur Konbini

Les faits se sont produits vers 23 heures vendredi dans la banlieue est de Paris, quand un équipage de la brigade anticriminalité (BAC) de Neuilly-sur-Marne (Seine-Saint-Denis) a tenté de contrôler un scooter qui venait de griller un feu rouge, a précisé le procureur de la République de Meaux. Arrivé sur la commune de Chelles (Seine-et-Marne), deux kilomètres plus loin, le conducteur a glissé sur la chaussée et le deux-roues est venu “s’encastrer sous un véhicule se trouvant à l’arrêt au feu tricolore”, a détaillé le procureur Jean-Baptiste Bladier dans un communiqué.

Les deux jeunes se sont alors retrouvés coincés sous la voiture, “l’un des deux – vraisemblablement le passager – perdant son casque sous la violence du choc”, a ajouté le magistrat. Polytraumatisés et en arrêt cardio-respiratoire, les deux adolescents ont été transportés vers des hôpitaux parisiens, selon une source policière qui a précisé que le passager était décédé samedi matin à 9 h 30. Le parquet de Meaux a ouvert deux enquêtes, selon le procureur.

Deux enquêtes en cours

La première, pour refus d’obtempérer, a été confiée au commissariat de Chelles-Villeparisis. La seconde, des chefs d’homicide et blessures involontaires, est menée par la délégation parisienne de l’Inspection générale de la police nationale (IGPN), la “police des polices”. La préfecture de police a souligné auprès de l’AFP que “conformément aux instructions” du préfet de police Laurent Nuñez, “les policiers ont avisé la salle de commandement du refus d’obtempérer commis par le véhicule” et qu’ils ont engagé ensuite sa “prise en charge”.

Les agents de la BAC ont fait usage de leurs “avertisseurs sonores et lumineux” pour obtenir l’arrêt du conducteur du scooter, en vain, selon le parquet. D’après les premiers éléments des investigations, établis grâce à l’exploitation de la vidéosurveillance, “il semblerait qu’il n’y ait eu aucun contact entre le scooter et le véhicule de la BAC”, indique le communiqué du procureur.

C’est “un secteur où il y a de nombreuses caméras de vidéoprotection qui, j’espère, pourront permettre à l’enquête de déterminer toutes les circonstances”, a dit sur BFMTV le maire de Chelles, Brice Rabaste (LR). “C’est important […] pour les familles, comme pour la police d’ailleurs”, a-t-il fait valoir.

Une réminiscence de la mort tragique de Nahel Merzouk

Plusieurs jeunes sont morts ces derniers mois en France après des courses-poursuites avec la police. Dans la nuit du 6 au 7 octobre, un jeune homme de 23 ans est mort dans un accident de scooter alors qu’il était poursuivi par des policiers municipaux à Saint-Priest (Rhône).

Deux mois plus tôt, dans la nuit du 5 au 6 août, à Limoges, deux jeunes circulant à scooter étaient morts après avoir percuté un véhicule en tentant d’échapper à un contrôle de police.

Ces deux décès à Limoges intervenaient un peu plus d’un mois après la mort, fin juin, de Nahel, 17 ans, tué par un tir policier lors d’un contrôle routier à Nanterre. Sa mort avait déclenché plusieurs nuits de violences urbaines de très forte intensité dans le pays.