AccueilSports

Bruno Martini est condamné pour “corruption de mineur” à un an de prison avec sursis

Publié le , modifié le

Par Konbini avec AFP

Bruno Martini a reconnu les faits qui lui étaient reprochés à l'issue d'une audience de comparution sur reconnaissance préalable de culpabilité.

Bruno Martini est condamné pour “corruption de mineur” à un an de prison avec sursis

© Horst Galuschka / DPA / dpa Picture-Alliance via AFP

L’ancien gardien de but de l’équipe de France de handball, Bruno Martini, champion du monde et président de la Ligue nationale de handball (LNH), a accepté une peine de prison avec sursis et une amende pour corruption de mineur, a annoncé mercredi le parquet de Paris.

Bruno Martini a été condamné à une peine de douze mois de prison avec sursis, une amende de 2 500 euros et cinq ans d’interdiction d’exercer une activité impliquant un contact avec des mineurs, pour ces faits, ainsi que l’enregistrement d’images pédopornographiques, qu’il a reconnus, a précisé son avocat Elie Dottelonde.

Cette sanction a été validée par un juge du tribunal judiciaire de Paris lors d’une audience de comparution sur reconnaissance préalable de culpabilité (CRPC), sorte de plaider-coupable à la française.

À la suite de cette condamnation, l’ex-international a démissionné de son poste de président de la LNH “avec effet immédiat”, a indiqué l’instance sportive dont les dirigeants avaient dit “attendre” la démission de Bruno Martini avant même l’issue judiciaire.

À voir aussi sur Konbini

Visé par une enquête depuis juin 2020 après la plainte d’un garçon de 13 ans, Bruno Martini, 52 ans, avait été interpellé lundi à Paris et placé en garde à vue, selon une source proche du dossier.

À ce stade, les enquêteurs n’ont pas eu connaissance d’autres victimes, hormis le jeune adolescent, a-t-on ajouté de source proche du dossier.

“Comme chacun ce (mercredi) matin je suis profondément choquée”, a réagi la ministre des sports Amélie Oudéa-Castéra sur Twitter. “J’ai évidemment une pensée très émue pour le garçon et sa famille”.

L’enquête visant Bruno Martini est la dernière d’une longue suite d’ennuis judiciaires ciblant des dirigeants du sport français. Le président de la Fédération française de rugby (FFR) Bernard Laporte a notamment été condamné le mois dernier à deux ans de prison avec sursis pour avoir noué un pacte de corruption avec l’homme d’affaires et président du club de Montpellier, Mohed Altrad. Il a fait appel de ce jugement.

Le tout puissant patron de la Fédération française de football (FFF) Noël Le Graet est lui visé par une enquête pour harcèlement moral et sexuel.