AccueilSports

On s’est incrustés au Prix de Diane, la course hippique la plus chic de l’année

Publié le

par Eve Chenu

Et entre deux chapeaux, on a même pu apercevoir le sacre de Hollie Doyle.

On s’est incrustés au Prix de Diane, la course hippique la plus chic de l’année

© JULIEN DE ROSA / AFP

Gazon immaculé, château et grands chapeaux : ce dimanche 19 juin, le Prix de Diane célébrait sa 173e édition à l’hippodrome de Chantilly. L’occasion de récompenser la meilleure pouliche de 3 ans lors d’une réunion tout en élégance, inaugurée en musique par Bon Entendeur.

Et à peine arrivés, direction la Table de Diane pour un pique-nique préparé par la cheffe et ancienne candidate de Top Chef Justine Piluso, servi dans une mythique boîte à chapeau, Graal de tous les collectionneurs.

À quelques mètres, la première course débute avec quatre partants au départ. La légende du plat, Christophe Soumillon, s’impose finalement avec Erevann, sous l’entraînement de Jean-Claude Rouget. Le nom du jockey dix fois cravache d’or est d’ailleurs dans toutes les bouches. Fait très rare, le représentant de l’Aga Khan fera cette année défaut à son écurie lors du Prix de Diane pour monter Rosacea, une pouliche entraînée par Stéphane Wattel.

Après une visite des écuries et un passage vers le rond central, où les pur-sang défilent, direction les tribunes. Le Prix du Bois Longines, troisième course de la journée, est sur le point d’être lancé.

En parallèle, le concours d’élégance se dispute : près de 400 candidates défilent le long d’un catwalk en forme de fer à cheval. Couvre-chefs colorés, à plumes et à fleurs sont au rendez-vous. Quelques minutes plus tard, le suspens prend fin : avec son sublime chapeau à papillons, Manon Rougier est élue Mademoiselle Diane 2022.

15 h 20. À quelques minutes du Prix de Diane, un mouvement de foule s’empare de l’hippodrome. Après avoir admiré les participants dans le rond central, le public se dirige vers les tribunes. Quelques pieds écrasés et coups de chapeaux plus tard, certains parviennent à trouver une place. Un défilé ouvre la course de 2 100 m pour laquelle Nashwa, une pouliche de 3 ans montée par Hollie Doyle, est donnée favorite.

La course lancée, l’effervescence est là. Après un bon départ du numéro 11, Galla, c’est Nadette, montée par Théo Bachelot, qui prend la tête de l’épreuve, aux côtés du numéro 3, Tariyana. À mi-tournant, Agave, montée par Olivier Peslier, prend la première place, alors qu’à son extérieur, la favorite, Nashwa, tente de s’imposer.

Chassez le naturel, il revient au galop : côté public, la retenue a laissé place à l’effervescence. Les cris d’encouragement se multiplient, alors que le duel final oppose La Parisienne à Nashwa. C’est finalement cette dernière qui s’impose avec sa jockey, Hollie Doyle. Première femme à remporter le Prix de Diane, elle bat dans la foulée son mari, qui disputait lui aussi la compétition. Un sacre historique qui restera dans tous les esprits.

À voir aussi sur Konbini :