AccueilTechno

Comme les cochons, on pourrait respirer par… l’anus

Publié le

par Konbini

On n’arrête pas le progrès.

Comme les cochons, on pourrait respirer par… l’anus

© Kenneth Schipper Vera/Unsplash

Il y a des découvertes scientifiques qui changent la face du monde, et d’autres qui l’amusent. Et enfin, il y a celles qui nous laissent… interloqué·e·s. Comme les derniers résultats d’une recherche menée par une équipe de scientifiques japonais qui, comme l’explique Vice, révèlent une information étonnante. Les cochons pourraient absorber de l’oxygène par l’anus pour respirer. Et les humain·e·s, aussi.

Une bonne nouvelle ? Pour les personnes souffrant de difficultés respiratoires, oui. Car cela signifierait qu’il serait possible, tout comme les cochons le font, de pomper de l’oxygène et un liquide oxygénant à travers l’anus pour le faire remonter aux intestins… et survivre sans respirer grâce à ses poumons ni faire appel à la ventilation mécanique, ou l’oxygénation de la membrane extracorporelle.

“C’est tellement impressionnant, parce que jamais nous n’avions pensé à respirer par les intestins, mais c’est possible”, s’extasie Takanori Takebe, auteur de l’étude et docteur à la Tokyo Medical and Dental University.

L’observation avait auparavant été officialisée pour les souris il y a un an de cela, mais appliquée aux cochons, elle prend encore plus d’importance… car ces derniers sont plus proches de la physiologie et de la génétique humaine que nos congénères les rongeurs.

“Pour un cochon de 50 kg, quand nous fournissons cette quantité de liquide oxygénant au derrière, ils peuvent survivre 30 minutes, même lorsqu’ils souffrent de difficultés respiratoires fatales”, explique Takebe.

Bon, il reste encore pas mal d’ajustements afin d’arriver à un fonctionnement aussi efficace pour les humains que pour les cochons. “Les tests commenceront dès cette année”, continue Takebe. Mais c’est un grand pas en avant, réalisé grâce au derrière de ces chers mammifères.


Cette information a changé votre vie ? Racontez-nous tout à : hellokonbinitechno@konbini.com.

À voir aussi sur Konbini :